Capitales européennes de la culture 2014

Pays : Lettonie, Suède

Tags : Riga, Laponie, Culture, jeunesse, minorités, ONU

Qu’est-ce que les capitales européennes de la Culture 2014 ont à offrir aux jeunes Européens et que font-elles pour soutenir leurs artistes indépendants ? En route pour le Nord de l’Europe !

Samedi 12 juillet

14:25

Yourope

Riga et Umea, capitales européennes de la culture 2014

Deux villes quelque part en Europe, pas forcément les plus grandes, ni les plus riches ou les plus connues.

Umeå, vous en aviez déjà entendu parler ? Elle est située sur la mer Baltique – tout comme Riga.

carte_suede-lettonie.jpg

Cette année, Umeå, dans le Nord de la Suède, et Riga, la capitale lettonne, se partagent le titre de "Capitale européenne de la culture". Plutôt que de visiter une énième fois Paris, Rome ou Londres, pourquoi ne pas filer en Lettonie ou en Suède ? Car l’un des critères pour décrocher le titre est que les villes candidates soient en mesure d’organiser "des projets culturels conçus pour amener les jeunes à l’art".

 

L’équipe de YOUROPE s’est rendue sur place pour vérifier si Riga et Umeå ont respecté ce critère, pour voir ce qu’elles proposent cette année aux jeunes Européens et ce qu’elles font pour leur propre création culturelle.

Qu’est-ce que Riga et Umeå ont à offrir ?

La première est une ancienne capitale balte qui vit au ralenti aujourd’hui, l’autre une petite ville du nord de l’Europe qui se donne des allures de métropole. Ces villes possèdent toutes deux une scène off bien vivante.

Invalid Scald ID.

A Riga, rencontre avec Janis, un trentenaire éclectique : patron de café, il joue dans un groupe de musique et édite avec sa sœur Zane le magazine culturel "Veto".

 

riga.jpg

Pour connaître les endroits branchés de Riga, il suffit de suivre Janis. C’est d’ailleurs ce que nous avons fait !

 
Le mot d'Astrid Delgado, notre reporter :

"Je n’ai pas été surprise par Riga, du moins par le Riga des cartes postales : depuis que la ville a été nommée capitale de la culture 2014, on nous la montre à toutes les sauces. Mais ce qui m’a soufflée, c’est son énergie, une énergie que l’on ressent en parlant avec ses habitants les plus créatifs, et j’ai été ravie de constater que d’une façon ou d’une autre, les choses bougeaient vraiment. Espérons que le pays retombera bientôt sur ses pattes, car une nouvelle vague d’émigration comme celle de 2008 ferait des ravages. Chassés par la crise, trop de jeunes ont quitté le pays avec leurs idées. La nouvelle génération a pris la relève. Pourvu que ça dure."

 

Invalid Scald ID.

A Umeå, c’est Helena, étudiante en art qui nous sert de guide sur l’Arts Campus, qui accueille à la fois des musées des beaux-arts et des écoles d’art. Mais son endroit préféré est un musée de la préhistoire aménagé dans un garage privé.

 

umea.jpg

 

L’Arts Campus d’Umeå tient grâce à une pince à linge !

Ce cœur est le logo "Umeå 2014". Très suédois !

 

coeur.jpg
Suède et Lettonie : les minorités ethniques
Le peuple same

A ce jour, l’Etat suédois n’a toujours pas reconnu les Sames (également appelés Lapons ou Sami) comme un peuple à part entière, alors que les Nations unies leur ont accordé ce statut il y a plusieurs années déjà : l’ONU a reconnu les Sami comme l’unique peuple indigène d’Europe. Année après année, l’ONU adresse des remontrances à la Suède, sans effet jusqu’ici. Les Sami sont, par ailleurs, en butte à de nombreux préjugés. Rien d’étonnant qu’au cours des dernières décennies, ils soient nombreux à avoir renié leurs traditions, leur culture.

Aujourd’hui, la majorité des 20 000 Sames vivant en Suède est fortement urbanisée. Pourtant, la jeunesse same a un autre rapport à ses racines que la génération des grands-parents et des parents.

 

sami.jpg

Le drapeau Sami

C'est dans les forêts d’Umeå qu'Oscar Sedholm nous a donné rendez-vous pour une randonnée.

 

sami_sandwich.jpg

Ce jeune Sami est très fier de sa culture et de ses racines. Immersion dans la culture same – en commençant par la saucisse de renne !

Les Russes en Lettonie
pinic_russe.jpg

Un pique-nique festif, facteur de rapprochement entre les peuples !

 

Depuis l’éclatement de l’Union soviétique, le cœur des Russes de Lettonie balance entre une intégration à l’Ouest et la nostalgie de l’Est. Pour mémoire, ils avaient été rattachés à la Lettonie après la Deuxième Guerre mondiale. 

Aujourd’hui, près de la moitié des 700.000 habitants de Riga a des racines russes. Ils sont pourtant qualifiés de "minorité russe" par les politiques et les médias. Un terme bien représentatif du fossé invisible qui divise la population en Lettonie.

Baiba Giptere est lettone. A Riga, c’est une des rares autochtones à vivre dans le quartier Maskavas Forštate, qui signifie la "banlieue de Moscou". Tous les autres habitants de ce quartier sont des Russes. Pour mettre en avant les points communs et ne pas creuser davantage encore le fossé, elle organise régulièrement des fêtes pendant la période estivale. Notre équipe était sur place. En dépit de toutes les difficultés, l’ambiance était très cordiale !