|

Brexit activé, place aux négociateurs !

Pays : Union européenne

Tags : Brexit, David Davis, Michel Barnier, Didier Seeuws, Guy Verhofstadt

Il y a neuf mois, les Britanniques ont voté pour sortir de l'Union européenne. Le 29 mars, la Première ministre Theresa May a officiellement enclenché l'article 50 du traité de Lisbonne. A partir de maintenant, le Royaume-Uni et l’Union européenne ont -au minimum- deux années pour faire valoir leurs intérêts respectifs. Quatre personnalités vont être au cœur de ces négociations complexes : un Britannique eurosceptique et trois fervents Européens, qui ont chacun leur propre vision du Brexit. ARTE Info dresse leurs portraits :

David Davis, secrétaire d'État britannique à la sortie de l'UE

 

Qui est David Davis ?

David Davis, 67 ans, est un eurosceptique convaincu. Il devient secrétaire d'Etat aux Affaires européennes de 1994 à 1997. Son surnom à l’époque : "Monsieur Non". En 2005, il est candidat à la direction du Parti conservateur, mais il est battu par David Cameron. Il a fermement milité pour le Brexit et a notamment affirmé que le Royaume-Uni pourrait se passer d'accords commerciaux avec l'Union européenne. 

 

Ses priorités :

- Lorsqu'il a pris connaissance du montant de la facture du Brexit -soixante milliards d’euros, David Davis a répondu qu’il ne pensait "pas voir un tel montant changer de main" (BBC - 27/03/2017). Ce sera son objectif principal : faire baisser cette note. Il devra donc négocier âprement avec Michel Barnier, qui a fait du règlement de cette facture son principal objectif. 

- Il veut avant tout se débarrasser de toutes les réglementations européennes et va mener à bien le plan du gouvernement britannique : quitter le marché unique, établir un nouvel accord douanier et sortir de la juridiction de la Cour de justice de l'Union européenne. 
 

Michel Barnier, Commission européenne - Négociateur en chef 

 

Qui est Michel Barnier ?

Le Français Michel Barnier, 66 ans, est un négociateur rodé. Il est nommé commissaire européen à la Politique régionale pour la première fois en 1999, puis ministre des Affaires étrangères entre 2004 et 2005. Entre 2010 et 2014, il devient commissaire européen au Marché intérieur et aux Services financiers. Pendant cette période, il a remis de l'ordre dans le système bancaire en étant l’architecte de l’Union bancaire européenne. Ce dispositif européen de surveillance des cent trente plus grands établissements bancaires a fait grincer des dents à Londres : depuis, Michel Barnier passe pour "la bête noire de la City".

 

Ses priorités :

- Pour Michel Barnier, hors de question de céder sur un point : l’argent. Avant le référendum du Brexit, le Royaume-Uni s’est engagé à honorer sa part du budget européen, négocié pour sept ans jusqu’en 2020. Il sert à financer des programmes européens comme les aides aux agriculteurs ou aux infrastructures. S’ajoute à cela la contribution au paiement des pensions de retraites des employés des institutions européennes. La Commission européenne a évalué la note à entre cinquante-cinq et soixante milliards d'euros.

- Seconde priorité pour Michel Barnier : régler et clarifier le sort des quatre millions de citoyens européens au Royaume-Uni et des expatriés britanniques dans l’Union européenne.

 

Quel est le rôle de la Commission européenne dans les négociations ? 

En principe, les négociations d’entrée (et donc de sortie) de l’Union européenne sont l’affaire de la Commission européenne. Dans le cas du Brexit, la Commission va s’appuyer sur la ligne directrice définie par le Conseil européen, lors d'un sommet le 29 avril prochain. Ensuite, la Commission procédera à la majeure partie des négociations.

 

Didier Seeuws, Conseil européen

 

Qui est Didier Seeuws ?

Le Belge Didier Seeuws, 51 ans, est un négociateur tenace avec une solide expérience dans la diplomatie européenne. Il a été porte-parole de Guy Verhofstadt quand ce dernier était Premier ministre de la Belgique. De 2007 à 2014, il a occupé le poste de chef de cabinet de Herman Van Rompuy, premier président permanent du Conseil européen. Aujourd’hui, il est directeur des départements Transport, Télécommunications et Énergie du Conseil européen et est à la tête de la "Brexit Task Force" de l'institution.

 

Ses priorités : 

David Seeuws et son équipe étudient depuis plusieurs mois les différents scénarios possibles de l’après-Brexit.  Son principal rôle dans les négociations : définir la nature des relations futures entre le Royaume-Uni et l’Union européenne. Pour le moment, il ne se prononce pas et laisse la parole au président du Conseil européen Donald Tusk qui dresse un sombre tableau du Brexit : "le Brexit sera dur ou ne sera pas". Pour ce dernier, il ne pourra en être autrement tant que le Royaume-Uni continuera à vouloir restreindre la libre circulation des personnes.

 

Quel est le rôle du Conseil européen dans les négociations ? 

Le 29 avril prochain, les dirigeants des Etats européens se réuniront pour définir une position commune dans les négociations du Brexit. C’est sur cette base que la Commission va s’appuyer pour engager les négociations avec le Royaume-Uni. Le Conseil définit donc la stratégie globale. 

 

Guy Verhofstadt, Parlement européen

 

Qui est Guy Verhofstadt ?

Ancien Premier ministre belge, Guy Verhofstadt, 64 ans, est un homme politique expérimenté du parti des libéraux et démocrates flamands (Open VLD). Il a dirigé le gouvernement de 1999 à 2008. Depuis 200, il est le chef de file des libéraux du groupe ADLE (Alliance des démocrates et des libéraux pour l'Europe) au Parlement européen et est un fervent partisan du fédéralisme. Il a marqué les esprits en 2015 avec son discours virulent à l’encontre du Premier ministre grec, Alexis Tsipras

 

Ses priorités :

-  Guy Verhofstadt ne veut pas faire de cadeau aux Britanniques. Pour lui, "ce n’est pas l’UE qui se montre inflexible, c’est Londres qui veut les droits sans accepter les devoirs qui en sont les contreparties" . Concrètement, le Royaume-Uni n’aura accès au marché intérieur de l’UE que s’il accepte la libre circulation des personnes, des marchandises, des services et des capitaux.

- Le chef de file des libéraux veut également proposer un plan pour offrir la possibilité aux Britanniques de rester des citoyens européens après le Brexit. Ces derniers paieraient une cotisation annuelle à la Commission européenne pour obtenir ce statut particulier. 

 

Quel est le rôle du Parlement dans les négociations ?

Le Parlement ne devrait intervenir qu’en fin de parcours pour le vote du texte final. Guy Verhofstadt sera donc plutôt assis dans les gradins pour suivre les négociations.

Dernière màj le 30 mars 2017