|

Borderland : la frontière et l'héritage de la violence en Irlande

Pays : Irlande

Tags : Brexit, Protestant, IRA

Vingt ans après l’accord de paix du Vendredi saint, quelles traces reste-t-il des "troubles" nord-irlandais ? Nos deux journalistes ont suivi la frontière entre les deux Irlande, de Warrenpoint sur la côte est à Derry dans le nord, à la rencontre des habitants et de leurs souvenirs. Si les checkpoints et les miradors britanniques ont bel et bien disparu, des frontières bien plus durables demeurent au sein de la population. Des frontières que pourrait raviver le Brexit.

Le Brexit, une entrave à la paix ? Une frontière ouverte entre la République d’Irlande (qui appartient à l’Union européenne) et l’Irlande du Nord (membre du Royaume-Uni), comme c’est le cas actuellement, ne semble pas compatible avec le Brexit. Mais elle est une exigence centrale de Bruxelles dans les négociations sur ses futures relations commerciales avec Londres, alors que le Royaume-Uni et sa Première ministre Theresa May veulent quitter le marché unique et l’union douanière. Le 19 mars, L’UE et la Grande-Bretagne se sont mises d’accord sur une phase de transition jusqu’en 2020. Elles se sont également entendues sur un compromis provisoire sur l’Irlande, adoptant la stratégie du "backstop" : la mise en place d’un espace commun comprenant les deux Irlande, avec des contrôles aux frontières dans les ports britanniques.  

 

Webreportage "Borderland" : Suivez nos deux journalistes le lien de cette frontière chargée d’histoires, qui a fait de nombreuses victimes pendant le conflit en Irlande du Nord. 

La lutte pour l’ouverture des frontières en Irlande

Le conflit nord-irlandais est un chapitre douloureux de l‘histoire contemporaine irlandaise. Il y a encore vingt ans, les habitants de l‘île devaient passer par des checkpoints britanniques pour franchir la frontière. 

Une fois conclue, la paix politique entre les républicains catholiques et les unionistes protestants en 1998, les gardes-frontières n‘avaient plus lieu d‘être. L‘Irlande du Nord a vu un équilibre politique s‘instaurer. Une société de plus en plus égalitaire s’est peu à peu constituée. Depuis, protestants et catholiques forment un gouvernement de coalition au parlement régional de Belfast. À la frontière, les clôtures et postes de contrôles de l‘armée britannique ont été progressivement démantelés. Aujourd‘hui, la frontière entre l‘Irlande du Nord et la République d‘Irlande a totalement disparu. 

 

Le rôle de l’UE dans le processus de paix

Et l‘Union européenne y est pour beaucoup. Son programme d‘aide au processus de paix en Irlande du Nord a accéléré l‘intégration économique et sociale entre le Royaume-Uni et la République d‘Irlande. Entre 1995 et 2013, elle a investi un total de 1,3 milliard d‘euros dans différents programmes en faveur de la paix. On compte notamment des mesures pour assister victimes et survivants du conflit, des projets d‘aide à la jeunesse et aux petites et moyennes entreprises, mais aussi des projets d‘infrastructure comme le pont de la paix reliant les rives catholique et protestante à Londonderry/Derry.

Un autre pont, financé lui aussi par des fonds européens, devrait être construit entre les rives irlandaise et nord-irlandaise non loin de Warrenpoint, étape de notre premier épisode. Mais, depuis le vote en faveur du Brexit, ce projet a été remisé sur une étagère.

 

Le Brexit et la fragilité de la paix

Les conséquences du Brexit ne s‘arrêtent pas là : la frontière interne de l‘île deviendrait de fait une frontière extérieure de l‘UE avec au nord le Royaume-Uni sortant et au sud la République d‘Irlande, membre de l‘union. Ceci impliquerait le retour du contrôle des marchandises et des personnes à la frontière.

On constate aussi à quel point la paix est fragile en Irlande du Nord où le non au Brexit a rassemblé 56% des voix. Depuis le référendum, la partie britannique de l‘île est en proie à une crise politique. La formation d‘un nouveau gouvernement au lendemain des élections parlementaires a échoué et l‘Irlande du Nord n‘a plus de gouvernement régional depuis janvier 2017. Les deux partenaires de la coalition, le Sinn Féin, catholique, et le DUP, protestant, ne parviennent pas à se mettre d‘accord. Et le fait que le DUP, parti conservateur et unioniste, a rejoint la coalition gouvernementale dirigée par la Première ministre Theresa May a exacerbé les tensions.

Pour les représentants du Sinn Féin, parti républicain, Londres ne respecte plus de ce fait l’impartialité entre les deux anciennes factions belligérantes qui lui était imposée depuis 1998. Depuis le choix du Brexit, les républicains réclament plus que jamais la réunification avec la République d’Irlande. Mais l’île en est encore très loin.

Dernière màj le 10 avril 2018