Berlinale : le palmarès 2014

Pays : Chine, Allemagne

Tags : Berlinale, Black Coal, Thin Ice

Des consécrations plus ou moins attendues et des choix récompensant de nouveaux talents, c'est un peu le résumé du palmarès de cette 64ème édition de la Berlinale. Le réalisateur chinois Diao Yinan, Ours d'or pour "Black coal, Thin ice" succède au Roumain Calin Peter Netzer, lauréat l'an dernier pour "Child's Pose"

 

Ours d’or du meilleur film : "Black coal, Thin ice" de Diao Yinan (Chine)

Sur la trace d'un tueur en série, un policier noue une relation avec une femme dont le mari a été assassiné cinq ans plus tôt. Un polar sombre et parfois glauque qui raconte la violence de la société chinoise actuelle. Voyez notre reportage.

 

 

Ours d’argent Grand Prix du Jury : "Grand Budapest Hotel" de Wes Anderson (Grande-Bretagne)

Un film léger et burlesque, dans le pur style de Wes Anderson fondé sur les écrits du romancier autrichien Stefan Zweig évoquant la destruction de l'Europe par la guerre. Un film qui brille aussi d'un casting des plus clinquants avec entre autres Adrien Brody, Willem Dafoe, Bill Murray, Harvey Keitel, Jeff Goldblum, Edward Norton ou encore Tilda Swinton au générique. Consultez notre dossier.

 

 

Ours d’argent - Prix Alfred Bauer : "Aimer boire et chanter" d'Alain Resnais (France)

Un médecin apprend par mégarde à sa femme que l'un de ses patients est condamné sans savoir que le malheureux a été son premier amour. Ou comment le vétéran français Alain Resnais, 91 ans, se joue de la mort dans un film funestement jubilatoire. Voyez notre reportage.

 

 

Ours d’argent du meilleur réalisateur : "Boyhood" de Richard Linklater (USA)

Une expérience unique dans le cinéma de fiction : ce film a été tourné en 39 jours sur une période de douze ans avec les mêmes acteurs, pour retracer la vie d'une famille recomposée texane. Voyez notre reportage.

 

 

Ours d’argent de la meilleure actrice : Haru Kuroki dans "The Little House" de Yoji Yamada (Japon)

Peu connu en France Yoji Yamada, 82 ans et près de 80 films est un habitué de la Berlinale. Son dernier film retrace l'histoire d'une liaison entre deux amants perçue à travers les yeux d'une femme de ménage de 22 qui ne livrera sa vision de cette histoire que soixante ans plus tard. Notre reportage.

 

 

Ours d’argent du meilleur acteur : Liao Fan dans "Black Coal, Thin ice" de Diao Yinan

Sur la trace d'un tueur en série, un policier noue une relation avec une femme dont le mari a été assassiné cinq ans plus tôt. Un polar sombre et parfois glauque qui raconte la violence de la société chinoise actuelle.

 

 

Ours d’argent du meilleur scénario : "Kreuzweg" de Dietrich Brüggemann (Allemagne)

Dans "Le chemin de croix de Maria" ("Kreuzweg"), Dietrich Brüggemann nous fait partager la vie d'une famille de catholiques intégristes. Et plus particulièrement celle de l’aînée, Maria 14 ans dont le destin se découpe en 14 tableaux, comme autant de stations du chemin de croix biblique. Le réalisateur allemand s'est surtout intéressé à la violence mentale. Voyez notre reportage.

 

Ours d’argent de la meilleure contribution technique (caméra) : "Blind Massage" de Lou Ye (Chine)

Souvent harcelé par les autorités chinoises, le réalisateur chinois Lou Ye a adapté une oeuvre littéraie sur une confrérie de masseurs aveugles. Pour incarner ces thérapeutes à l'écran, il a fait confiance a plusieurs acteurs malvoyants ou non-voyants. Voyez notre reportage.

 

 

 

Ours d'or du meilleur court métrage : "Tant qu'il nous reste des fusils à pompe" de Caroline Poggi et Jonathan Vinel (France)

Un adolescent de dix-huit ans décide d'en finir, traumatisé par le suicide de son meilleur ami. Avant de passer à l'acte, il se met en tête de trouver une famille d'accueil à son grand frère.

Dernière màj le 8 décembre 2016