|

Avortement, un droit menacé en Europe

Pays : Union européenne

Tags : Avortement

Le documentaire Droit à l'avortement - Le combat continue révèle le recul de l'accès à l'IVG dans les pays de l'Union européenne, notamment là où la droite conservatrice gagne du terrain. Le point avec Vicky Claeys, directrice de la section européenne de la Fédération internationale pour le Planning familial.

Le droit à l'avortement est-il menacé dans l'Union européenne ?

Vicky Claeys : Il faut d'abord préciser qu'à Malte, l'interruption volontaire de grossesse (IVG) demeure interdite. En Irlande, elle n'est permise que dans le cas où la vie de la mère est en danger. La Pologne mène aussi une politique très restrictive en matière d'avortement. Dans les pays où il est autorisé, son accès est souvent freiné. C'est le cas en Italie où 80 % des médecins refusent de le pratiquer, faisant valoir une clause de conscience. Le gouvernement conservateur espagnol envisageait récemment de pénaliser à nouveau l'avortement. En Hongrie et en Roumanie, les partis au pouvoir veulent modifier la constitution pour donner le droit de vie au fœtus, ce qui pourrait par la suite restreindre le droit à l'IVG. En Suède et en Norvège, pourtant plus libérales sur le sujet, les attaques contre l'avortement, menées par les militants anti-IVG, se multiplient.

 

Quelle est la situation en France ?

En 1975, grâce à la loi Veil qui dépénalisait l'avortement, le pays a adopté une des législations les plus libérales d'Europe en la matière. En janvier 2015, pour les quarante ans de la loi, un plan national pour améliorer l'accès à l'IVG a été lancé par le gouvernement, avec notamment une meilleure diffusion de l'information. Depuis des années, les fermetures de centres pratiquant l'IVG étaient dénoncées par les femmes et les Plannings familiaux. Aujourd'hui, la France revient de nouveau à la pointe pour le droit à l'avortement en Europe et dans le monde.

 

Quelles sont les solutions qui pourraient améliorer l'accès à l'IVG dans les pays où il est en danger ?

L'avortement reste stigmatisé, ce qui en fait une question taboue et politique. Il faut que les médias abordent ce sujet normalement, idem pour les femmes et les professionnels de santé. Car le mutisme de la société laisse de plus en plus la voie libre aux conservateurs. Au cours des dernières années, des Polonaises et des Irlandaises ont introduit des recours auprès de la Cour européenne des droits de l'homme car l'accès à l'avortement est impossible dans leur pays. Il faut que la société continue à se mobiliser et à manifester pour faire pression sur les gouvernements afin qu'ils agissent en faveur de l'IVG.

Dernière màj le 8 décembre 2016