Australie : la forteresse anti-réfugiés

Pays : Australie

Tags : Australie, immigrants clandestins

Un Etat peut-il confier à d’autres pays le soin de garder loin de ses frontières des demandeurs d’asile ?

Migrants Australie : l'île des exilés

 

Ce que l’Europe tente de mettre en place avec la Turquie, l’Australie l’a mis en pratique depuis 2012. Une politique radicale qui vise à intercepter tous les immigrants clandestins avant qu’ils n’atteignent les côtes australiennes. Ils sont ensuite transférés à Nauru et à Manus, une île au large de la Papouasie-Nouvelle Guinée.

Aujourd’hui, près de 1500 personnes sont détenues, loin du regard de l’opinion publique australienne, pour avoir tenté de rejoindre l’Australie par bateau pour y demander le statut de réfugié. Violences des gardiens, tentatives de suicide, émeutes… les informations qui filtrent font état d’une situation catastrophique.

En Australie, de plus en plus de voix s’élèvent pour condamner une politique au coût démesuré… plus d’un milliard de dollars par an pour la société privée qui gère les camps de transit offshore.

 

De Laurent Cibien et Pascal Carcanade – ARTE GEIE – Découpages – France 2016

 

Interview

 

L'Australie envoie ses migrants sur des îles ou à l'étranger

Immigrer en Australie : on fait comment ?

Immigrer en Australie ne peut se faire sans l’obtention d’un visa. Plusieurs visas existent selon le profil des candidats et le type de séjour, ponctuel ou définitif, personnel ou familial. 

Pas d’intrus au pays des wallabies

Autrefois terre d’accueil, l’Australie, dont près du quart de la population est d’origine étrangère, est devenue une véritable forteresse.  "Frontières souveraines" est le nom de l’opération anti-immigration menée par le gouvernement de Tony Abbott à destination des candidats à l’immigration illégale en vue de décourager les migrants. La plupart d’entre eux proviennent d’Indonésie, du Vietnam, mais aussi d’Iran, d’Irak ou d’Afghanistan. L’opération commanditée par Canberra vise à bloquer et repousser par la mer les boat people qui se présentent dans les eaux territoriales australiennes. Devant les navires de la marine australienne, soit les boat people rebroussent chemin, soit les migrants sont conduits vers des centres de rétention se trouvant sur des îles situées à des milliers de kilomètres des côtes australiennes, comme les îles Nauru et Manus dans le pacifique, Christmas Island au nord-ouest, ou la Papouasie. En septembre 2014, le gouvernement conservateur, qui souhaite se débarrasser des migrants arrivés sans visa par la mer et ayant séjournés plus de trois mois sur son territoire, a signé un accord avec le Cambodge afin d’y transférer quelques milliers de réfugiés avec contrepartie financière.

Malgré les rappels à l’ordre réguliers de l’ONU à l’encontre du gouvernement de Canberra pour "violation du droit des réfugiés", l’Australie, par la voix de son premier ministre Abbott, continue de défendre fièrement sa politique, pointant du doigt l’incapacité de l’Europe à contenir les flux migratoires à ses portes.