|

Attentat d'Ankara : la Turquie accuse le PKK

Pays : Turquie

Tags : terrorisme, attentat, Ankara, Kurdes

La Turquie a accusé le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) et les milices kurdes de Syrie d'être à l'origine de l'attentat qui a visé un convoi militaire et fait 28 morts mercredi soir à Ankara, dans un climat de fortes tensions autour du conflit syrien.

Attentat d’Ankara : la Turquie accuse le PKK

A consulter aussi :

Notre dossier "La Turquie au bord d'une guerre civile"

"Cette attaque terroriste a été commise par des éléments de l'organisation terroriste (PKK) en Turquie et un milicien des YPG (…), l'attaque a un lien direct avec les YPG" : la déclaration du premier ministre Ahmet Davutoglu ne laisse pas la place au doute. Pour lui, comme pour le président turc, l'attaque a été planifiée par le PKK et les Unités de protection du peuple (YPG), les milices kurdes de Syrie. Le chef de la principale formation kurde en Syrie, le Parti de l'union démocratique (PYD), Saleh Muslim, a démenti "toute implication" de son bras armé les YPG. L'un des chefs du PKK a lui aussi réfuté ces allégations.

Une escalade de la violence

Après deux ans de cessez-le-feu, des affrontements meurtriers ont repris l'été dernier entre les forces de sécurité turques et le PKK dans le sud-est à majorité kurde du pays. Jeudi matin, un convoi militaire a été visé par une attaque dans la province de Diyarbakir, tuant au moins six soldats et faisant de nombreux blessés, selon les services de sécurité.

Ces combats ont fait voler en éclats les pourparlers de paix engagés par le gouvernement islamo-conservateur turc à l'automne 2012 pour tenter de mettre un terme au conflit kurde, qui a fait plus de 40.000 morts depuis 1984. La Turquie est sur le qui-vive depuis plusieurs mois à la suite d'une série d'attentats qui a visé son territoire, attribués par les autorités au groupe Etat islamique (EI).

Dernière màj le 8 décembre 2016