|

ARTE Journal au cœur du Parlement européen

Pays : Union européenne

Tags : ARTE Journal, Martin Schulz, élections européennes, Parlement européen

ARTE délocalise son journal durant trois jours, à l'occasion de la session constitutive du Parlement européen. Un moment fort de l'actualité européenne, avec l'élection du président, de nouveaux partis et de nouveaux députés. ARTE Journal vivra ces événements au cœur du Parlement européen. Les présentateurs Jürgen Biehle et Leïla Kaddour-Boudadi recevront leurs invités à quelques pas de l'hémicycle. Les trois éditions seront consacrées à l'élection du président Martin Schulz, à la vision italienne de Matteo Renzi à l'heure de prendre les rênes de l'Europe et enfin à la faiblesse de la France au sein de l'institution, notamment en comparaison avec l'Allemagne. Les explications de Carolin Ollivier, rédactrice en chef d'ARTE Journal.

L'Europe n'est pas quelque chose que l'on peut comprendre simplement en observant les élections tous les cinq ans, nous voulons nous rapprocher, être là où se prennent les décisions politiques, au Parlement européen. 

 

ARTE Journal : Quel est l'objectif d'un tel dispositif ?

Carolin Ollivier : Ce que nous appelons notre "page Europe" constituera la moitié du journal. Il ne s'agira pas uniquement de plateaux de présentateurs, mais bien d'une petite émission dans l'émission. Plateaux, interviews, reportages, sujets explicatifs, tout tournera autour de l'Europe.

Nous sommes partis de l'idée que l'Europe n'était pas quelque chose que l'on pouvait comprendre simplement en observant les élections tous les cinq ans, nous voulons nous rapprocher, être là où se prennent les décisions politiques, au Parlement européen. Cette première session du nouveau Parlement élu est le bon moment pour montrer notre présence, y regarder de près, s'entretenir avec avec les personnes qui ont une vraie influence en Europe.

Nous nous installerons directement à côté de l'hémicycle pour aborder les thèmes de la session avec nos interlocuteurs, mais aussi regarder ce qu'il se passe en coulisses.

 

Quels seront les thèmes abordés ?

Carolin Ollivier : La première émission tournera autour de l'élection du président du Parlement, Martin Schulz. Sa candidature n'a pas convaincu tout le monde, Jürgen Biehle l'évoquera avec son invité, l'élu SPD de longue date JO Leinen. Nous suivrons ensuite de nouveaux eurodéputés, en particulier les eurosceptiques, durant leur première journée ; une députée du parti UKIP par exemple nous livrera sa critique de l'Union européenne. Nous voulons jeter un œil critique sur les événements au niveau européen.

Nous serons présents durant les trois jours de la session parlementaire. Dans notre journal quotidien, nous suivrons l'ordre du jour de l'hémicycle.

 

La deuxième journée sera consacrée à l'Italie. Le chef du gouvernement Matteo Renzi se rendra à Strasbourg pour présenter son nouveau programme. Nous aborderons la "Renzi-mania". A l'heure où l'Italie prend la présidence de l'Union européenne pour les six mois à venir, Renzi est considéré comme le nouveau héros de l'Union européenne. Nous y apporterons un éclairage critique. Puis, nous inviterons l'ancienne ministre italienne de l'intégration, fraîchement élue au Parlement européen, pour évoquer Renzi et les projets de l'Italie pour l'Europe.

Le troisième jour sera celui du départ des eurodéputés. L'occasion, pour nous, de prendre du recul et de nous intéresser au statut des eurodéputés français, un thème pas souvent abordé. Les Français sont faiblement représentés au Parlement, contrairement aux Allemands. Les Français envoient constamment de nouvelles personnes au Parlement, la tendance allemande est plutôt de laisser les députés en place durant plusieurs mandats. Du coup, les députés allemands rédigent des rapports et deviennent des experts incontournables dans de nombreuses commissions tandis que les Français sont des petits nouveaux, connaissent peu l'institution et s'en vont après un seul mandat. On peut vraiment parler d'une faiblesse française et d'une dominance allemande au Parlement européen. Nous en ferons un reportage et un sujet explicatif. Une jeune eurodéputée UMP, Anne Sander, répondra à nos questions.

 

Avez-vous des projets à long terme ?

Carolin Ollivier : Bien sûr, nous souhaitons mener un travail suivi sur toute la durée de la législature. Nous avons élaboré un projet "cross media" : il s'agira de suivre cinq nouveaux eurodéputés de cinq pays et partis différents sur cinq ans. Nous réaliserons également des reportages pour notre antenne autour des thématiques abordées dans nos dossiers sur le web. L'idée est de rapprocher toujours davantage ARTE Journal de l'Europe et de trouver notre propre manière d'en parler.

Dernière màj le 8 décembre 2016