|

Allemagne : Martin Schulz renonce au ministère des affaires étrangères

Pays : Allemagne

Tags : SPD, Martin Schulz, Allemagne, grande coalition, Politique, gouvernement allemand

Mercredi 7 février, Martin Schulz annonçait vouloir quitter la présidence du parti social-démocrate allemand (SPD), après l'accord trouvé avec les conservateurs d'Angela Merkel sur un futur gouvernement. Le lendemain, il annonce qu'il renonce finalement au poste de ministre des Affaires étrangères au sein du nouveau gouvernement. Très critiqué par la base de son parti, Martin Schulz semble acculé. 

C'est un nouveau retournement de situation dans la crise politique que connaît l'Allemagne depuis les élections fédérales de septembre 2017. Après l'accord trouvé entre le Parti social-démocrate (SPD) et les conservateurs (CDU/CSU) pour former un nouveau gouvernement de "grande coalition", Martin Schulz a annoncé le 8 février vouloir quitter la présidence du SPD au profit d'Andrea Nahles. Le lendemain, l'ancien président du Parlement européen, a également déclaré renoncer à entrer au gouvernement, alors qu'il devait prendre la tête du ministère des Affaires étrangères.

"Je déclare par la présente renoncer à mon entrée au gouvernement", a-t-il fait savoir dans un communiqué, "et j'espère que cela mettra fin aux dissenssions au sein du SPD". Depuis plusieurs semaines, Martin Schulz était la cible de vives critiques à l'intérieur de son parti. 

"Le parti doit rajeunir et se féminiser"

Andrea Nahles, 47 ans, est maintenant appelée à succéder à Martin Schulz à la tête du SPD. L'ancienne ministre du Travail sera la première femme à diriger le plus vieux parti d'Allemagne. "Le parti doit rajeunir et se féminiser. Après 150 ans, ce parti revient enfin à une femme", avait souligné Martin Schulz. Un congrès extraordinaire pour l'élection d'Andrea Nahles devrait être organisé, après le vote des militants sur le projet de coalition entre le SPD et les conservateurs. Cette consultation interne se déroulera à partir du 20 février auprès des 460 000 militants sociaux-démocrates, et son résultat sera communiqué le 4 mars. Sans l'approbation des militants, le gouvernement ne pourra pas être formé.