|

Le quotidien Bild se lâche sur les anti-migrants

Pays : Allemagne

Tags : Réfugiés, réfugiés syriens, migrants, anti-migrants

Le tabloïd allemand a publié des messages anti-migrants postés sur les réseaux sociaux, dévoilant l’identité de leurs auteurs

« Une balle pour chaque musulman et ceux qui les soutiennent », « Et ils repartent quand ces bestiaux ??? »… Sur deux pleines pages, les messages haineux s’enchaînent. Le 20 octobre 2015, le tabloïd allemand Bild a décidé de frapper un grand coup contre ceux qui incitent aux violences contre les migrants, en publiant des exemples de ces dernières au cœur de son édition. Quarante-et-une petites phrases en tout, racistes et insultantes, emprunts d’islamophobie et de nostalgie du IIIème Reich, postées essentiellement sur Facebook. Sauf que le quotidien le plus lu en Allemagne ne se contente pas d’exposer ces témoignages hostiles. Animé d’une volonté de clouer les « haineux » au « pilori », Bild cite les vrais noms de leurs auteurs, en appelant « M. le procureur à engager des poursuites » contre eux.

Comme le rappelle le site de France 24, la méthode utilisée par Bild évoque les campagnes de dénonciation des délinquants sexuels par les tabloïds britanniques. « Les personnes qui osent ce genre de propos sur Facebook doivent comprendre qu’ils ne sont pas au comptoir en train de parler à quelques personnes mais que leurs propos peuvent être lus par des millions d’internautes, ce qui est dangereux actuellement », estime Horizont, un hebdomadaire spécialisé dans l’actualité des médias, défendant l’initiative du tabloïd. L’action a été décidée après qu’une candidate à la mairie de Cologne, Henriette Reker, chargée de l’accueil des réfugiés, a été attaquée au couteau le 18 octobre 2015 par un homme revendiquant un acte xénophobe.

Bild, populiste ?

Cette délation par voie de presse a aussi ses détracteurs. « Mettre certaines personnes comme ça à l’index en public n’a jamais servi à grand chose dans ce genre d’affaire, estime à la radio DeutschlandRadio Kultur, Toralf Staud, journaliste et spécialiste des mouvements d’extrême-droite. Cela renforce le sentiment de ces extrémistes d’être avant tout des victimes d’un soi-disant establishment politico-médiatique. » Surtout, pour d’autres, comme le note France 24, Bild n’est pas non plus le mieux placé pour porter de telles attaques. Souvent qualifié de populiste, le tabloïd a « nourri la haine contre les migrants », assure BildBlog, un site qui décortique les dérives des médias allemands. Il cite plusieurs articles du journal qui surfent sur des clichés anti-immigrés, comme une prétendue propension à la violence ou encore le non-respect des règles allemandes par ces nouveaux arrivants.

 

Dernière màj le 8 décembre 2016