|

Al-Sissi officiellement pharaon

Pays : Égypte

Tags : al-Sissi, Election

Abdel Fattah al-Sissi remporte officiellement l'élection présidentielle en Égypte avec 96,91%. Un triomphe sans surprise, puisque seulement 11 mois après sa prise de pouvoir, toute opposition était déjà éliminée.

 


Cinq jours après les scènes de liesse qui ont eu lieu un peu partout dans les rues du Caire dès jeudi 29 mai, la commission électorale égyptienne a confirmé le résultat de l'élection présidentielle. L'unique adversaire du maréchal al-Sissi, Hamdeen Sabbahi, considéré par beaucoup comme un simple faire-valoir, avait reconnu sa défaite dès vendredi 30 mai, mais son recours pour contester les chiffres officiels n'a eu aucune incidence. Il estime que les résultats constituent "une insulte à l'intelligence des Égyptiens".
        
L'organisation de défense des droits de l'Homme Human Rights Watch a pourtant souligné "le climat de répression qui sape gravement l'impartialité de cet élection", rappelant les "milliers d'arrestations d'opposants, islamistes et laïques, qui ont verrouillé l'espace politique et privé le scrutin de toute signification". Quant aux observateurs de l'Union Européenne dépêchés sur place, ils ont jugé que l'élection, qui s'est déroulée sur trois jours, a été organisée dans le respect de la loi, mais estimé du bout des lèvres que la non participation de certains acteurs de l'opposition a compromis la participation de tous au scrutin.
        

Une participation plus faible qu'escomptée

 

Seule inconnue du scrutin, le taux de participation officiel que les autorités ont voulu doper en ajoutant un troisième jour de scrutin au dernier moment, relativise ce  plébiscite. Quelque 47% des inscrits, soit 25 millions de votants, ce seraient déplacés aux urnes selon la commission. Des chiffres impossibles à vérifier. Ce score est loin de l'objectif que Sissi s'était fixé durant la campagne, à 80% de participation, soit 40 millions de votants.

 


Al-Sissi est finalement élu avec plus de 21 millions des suffrages exprimés. La mobilisation est inférieure à celle de la présidentielle de 2012 (51,85%), mais le maréchal empoche près du double des voix qu'avait alors recueillies Mohamed Morsi. Un résultat largement suffisant pour confirmer la reprise en main du pays par les militaires. Prochaine étape pour le nouvel homme fort de l'Egypte et ses partisans, les législatives qui devraient probablement se dérouler cet automne. 

 

Dès lundi, l'humoriste Bassem Youssef a annoncé la fin de son émission humoristique Al-Bernameg ( Le Programme), diffusé sur la chaîne MBC Masr, détenue par des capitaux saoudiens. Le programme satiryque avait déjà été suspendu pendant la campagne pour ne pas l'influencer. Dans sa conférence de presse, l'humoriste a indiqué que l'arrêt de l'émission est une "victoire", sous entendu que les pressions dont il a été victime témoignent du climat qui règne dans le pays. Il préfère interrompre son show plutôt que de le trahir. Ces pressions augurent une diminution de la liberté d'expression en Égypte.

Qui est ce maréchal ? Eléments de réponse à travers 5 points: son parcours, la prise de pouvoir, sa popularité, sa conception des libertés et son programme. 

Passez votre souris sur les objets aux contours rouges et oranges pour trouver plus d'informations.

 

Graphisme : Côme Peguet

 
Dernière màj le 8 décembre 2016