|

Une multinationale réagit à un documentaire ARTE

Pays : Kenya

Tags : Dr.Oetker, ARTE, Développement

Diffusé le 9 mai dernier sur ARTE, le documentaire "Vertueuses, les multinationales ? Le business de l’aide au développement" montrait comment de grands groupes s’enrichissent grâce aux aides publiques aux pays en voie de développement, sans que la situation des personnes dans le besoin ne s’améliore. Le film montre entre autres le cas du groupe "European Foods Africa", qui avait bénéficié d’un tel fonds de développement et importé au Kenya des produits de la multinationale d’origine allemande Dr.Oetker -notamment des pizzas- pour les revendre sur le marché à des prix exorbitants. Le tout à son profit. 

Dr Oetker est la première société à avoir réagi aux accusations portées par le documentaire et décidé d’interrompre les échanges commerciaux avec un importateur kenyan. Dans notre interview, le producteur et co-auteur du documentaire Valentin Thurn explique les raisons pour lesquelles la collaboration entre les investisseurs publics et les sociétés privées dans le domaine de l’aide au développement n’a jusqu’à présent jamais porté ses fruits.

ARTE Info : Comment fonctionne le business des fonds de développement ? 

Valentin Thurn : Le secteur public fournit des fonds de développement aux investisseurs privés dans l’espoir d’accroître l’impact de l’aide. Ce principe s’appelle "le partenariat public-privé". Cette idée semble raisonnable dans un premier temps, car l’investissement du secteur privé permet de développer des structures et des partenariats à long terme. C’est pourquoi il ne faut pas forcément condamner le succès commercial auquel aspirent les investisseurs. Malheureusement, ils accordent beaucoup trop d’intérêt au profit économique.

 

Konzerne als Retter
© Thurn Film

 

Comment cela se traduit-il concrètement ?

Le partenariat entre les investisseurs publics et le secteur privé n’attire que les grands groupes. Ce ne sont pas des organisations caritatives. Au contraire, ils agissent en fonction de leurs propres intérêts. Les objectifs initiaux de l’aide au développement sont oubliés. Aucune mesure n’est prise pour lutter contre la pauvreté ou la faim. Au Kenya, les fonds pour le développement ont servi à financer d’énormes engins agricoles, mais les fermiers locaux ne peuvent rien faire de ces machines. Les entreprises profitent des subventions de l’État et en plus, elles peuvent exporter leurs produits.

 

Quel est le rapport avec la société Dr.Oetker ?

Le cas de la société Dr.Oetker est juste l’histoire la plus absurde qu’on ait connue. Le fonds de développement français Fanisi a investi deux millions de dollars dans la société kenyane "European Foods Africa". Ainsi, le groupe pouvait grandir, importer des pizzas Dr.Oetker et les vendre au Kenya pour 8,50 euros pièce. C’est un affront pour l’aide au développement, car seule l’élite peut s’offrir de tels produits. Dr.Oetker n’a reçu aucun fonds de développement de manière directe, mais même si le Kenya n’est pas un gros marché, l’entreprise se soucie de sa réputation. C’est pourquoi, après la diffusion du documentaire sur ARTE, Dr.Oetker a cessé les échanges commerciaux avec European Foods Africa.

 

Etait-ce prévisible selon vous ?

L’équipe a tourné avec le gérant de "European Foods Africa". Après ça, le fonds de développement Fanisi a refusé son accord à la diffusion du documentaire. C’est pourquoi European Foods Africa voulait retirer son autorisation de tournage. Mais notre conseiller juridique a conclu que notre travail était correctement documenté et que la diffusion du documentaire était d’intérêt public. Dr.Oetker n’a probablement rien su de ces évènements.

 

Espériez-vous que l’entreprise réagisse suite à la diffusion du documentaire ?

J’espérais plutôt faire bouger les choses au niveau politique. J’ai été surpris de voir que les responsables se défilaient et que ça ne bousculait pas l’opinion publique. Peu avant la première diffusion, ARTE a organisé une conférence de presse à Berlin, et nous avons organisé une projection en salle à Cologne. Nous avons invité aussi bien le ministère du Développement que la GIZ (la société allemande pour la collaboration internationale) ainsi que les banques publiques de développement. Tous ont refusé.  Un collaborateur de la Deutsche Bank que nous connaissions est quand même venu à la projection de Cologne. Mais après le film, il a rapidement quitté le cinéma, avant que le débat ne commence.

Les concernés veulent manifestement passer ce sujet sous silence et espèrent que la tempête les épargnera. J’aurais souhaité un débat public et au moins que le ministre s’exprime sur ce scandale, car, après tout, il s’agit des deniers publics. Le fait que Dr. Oetker rompe ses relations commerciales devrait peut-être inciter les investisseurs publics à réfléchir. Jusqu’à présent, il n’y avait jamais eu aucune réaction.

 

Konzerne als Retter
© Thurn Film

 

L’aide au développement peut-elle vraiment fonctionner avec des sociétés privées ?

Elle pourrait. L’idée en elle-même n’est pas mauvaise au fond. Mais on devrait vérifier que les objectifs de l’aide au développement, à savoir la lutte contre la faim et la pauvreté, continuent d’être au centre des préoccupations. Soutenir les grosses exploitations agricoles revient, dans la réalité, à priver les petits agriculteurs de terres et d’eau. Les denrées alimentaires produites de cette manière ne contribuent pas à la sécurité alimentaire, car les personnes dans le besoin ne peuvent pas les acheter.

En fait, il faudrait développer des microprojets. Il n’y en a presque pas. Les banques de développement ont des millions et prétendent que les frais de gestion seraient trop importants pour pouvoir collaborer avec des petits agriculteurs ou des petites entreprises africaines. Mais rien que ça, ça aiderait vraiment ! Les microcrédits aussi d'ailleurs, comme ceux accordés par les organisations religieuses. Pourquoi l’aide au développement n’en accorderait-elle pas ?

Il y a beaucoup de start-ups africaines. C’est là qu’il faudrait investir. Cela améliorerait directement la commercialisation, la logistique et l’approvisionnement en nourriture. Dans les pays en voie de développement, il a malheureusement beaucoup de pertes de denrées alimentaires, et ce, déjà chez les agriculteurs, car ils ne peuvent pas sécher, réfrigérer ou stocker leurs récoltes. Le produit n’atteint même pas le consommateur. On pourrait faire bon usage des fonds de développement à ce niveau.

 

Prise de position de Dr.Oetker  - 25/08/2017
"Le 9 mai 2017, nous avons regardé le documentaire retransmis sur ARTE intitulé 'Vertueuses, les multinationales ? Le business de l’aide au développement' et nous avons été surpris de voir les dessous de la vente de nos produits par le groupe European Foods Africa Ltd. sur le marché kenyan. Nous sommes en désaccord avec la manière -décrite dans le sujet d’ARTE- dont sont vendus nos produits  et avons immédiatement cessé nos livraisons à l’entreprise."

Dernière màj le 31 août 2017