Ukraine : le carnet de route d’un photographe

Pays : Ukraine

Tags : Photographie

Guillaume Herbaut est parti en Ukraine pour continuer son travail entrepris en 2013 sur ce pays en guerre. Il s'est rendu à l'est, dans la région du Donbass, et a traversé la ligne de front qui sépare l'Ukraine des nouveaux Etats autoproclamés, la DNR (la République populaire de Donetsk)  et la LNR (la République populaire de Lougansk). Il s'est rendu particulièrement dans la république pro-russe de Lougansk, à la frontière russe, pour photographier cette zone sous haute tension.

 

Dans le cadre du festival Visa pour l'Image 2016, le carnet de route Guillaume Herbaut a obtenu la mention spéciale du jury au Visa d'or de l'information numérique, il a également remporté le trophée Web journalisme au prix Bayeux-Calvados des correspondants de guerre.

Guillaume Herbaut est photographe, habitué des "terrains" difficiles.

En savoir plus...

Le site de Guillaume Herbaut http://www.guillaume-herbaut.com/

Bibliographie
> Ukraine : de Maïdan au Donbass
CDP Éditions, 2014
> La Zone
Naïve Livres, 2011

> Odon Vallet
Biographie Philanthropique, Democratic
Books
, 2010

> Shkodra
CDP Éditions, 2008

> Urakami
Anabet Éditions, 2006

> Tchernobylsty
Éditions Le Petit Camarguais, 2003.

C’est en se rendant à Tchernobyl en 2001 qu’il découvre l’Ukraine. Ce pays est l’un des thèmes centraux de son parcours photographique. Il couvre la "révolution orange" en 2004, raconte la vie des mineurs dans le Donbass, suit le retour des Cosaques et du sentiment national. En 2008, il photographie les tensions intercommunautaires en Crimée et poursuit son long travail dans les zones contaminées de Tchernobyl, pour lequel il sera récompensé en 2011 en recevant le Prix Niépce puis le prix France 24-RFI du wed-documentaire. Depuis 2013, il suit la crise ukrainienne. Il a reçu le Visa d’or 2014 Magazine pour sa série "Ukraine : de Maïdan au Donbass" et vient de sortir un livre du même nom.

En 1995, il a été un des cofondateurs du collectif l’Œil Public devenu par la suite une agence de photographie avant de rejoindre Institute en 2011. Parallèlement à des commandes pour la presse, son travail documentaire le conduit dans des lieux chargés d’Histoire dont il interroge les symboles et la mémoire afin d’en révéler les drames invisibles : Tchernobyl, Auschwitz, Nagasaki, etc. et plus récemment le conflit en Ukraine. Ses photographies ont notamment été exposées à Visa pour l’Image mais aussi au Jeu de paume, à la Maison rouge ou encore projetées aux Rencontres d’Arles. Il a reçu de nombreuses récompenses – dont deux World Press et
 le prix Niépce – et a publié six monographies. En 2012, il a participé à l’Observatoire du photojournalisme organisé par le ministère de la Culture.