Turquie : Daesh/Erdogan, liaisons dangereuses ?

ARTE Reportage - samedi, 31 octobre, 2015 - 18:35

Pays : Turquie

Tags : élections législatives, attentat, répression kurde

La Turquie a subi le 10 octobre dernier à Ankara l’attentat le plus meurtrier de son histoire. 102 morts, plus de 500 blessés. 

C’est le troisième attentat commis depuis début juin par de jeunes djihadistes venus d’Adiyaman. Une ville de 200 000 habitants, située au sud-est de la Turquie. Un groupe de 21 bombes humaines en puissance est aujourd’hui recherché par la police.

Les familles de quatre de ces jeunes racontent avoir alerté pendant des mois les autorités pour dénoncer leurs propres enfants. En vain. Comment ce groupe terroriste a-t-il pu s’implanter et recruter en Turquie ? Comment ses membres ont-ils pu aller et revenir de Syrie sans être repérés par les services turcs ? Le pouvoir turc est accusé au mieux d’inaction, au pire de complicité.

Le Président Erdogan a exploité ces attentats pour justifier la répression des kurdes dans le sud du pays. Les affrontements ont fait 250 morts civils en trois mois. Une stratégie du chaos pour gagner aux élections législatives du 1er novembre la majorité absolue perdue en juin. Mais à quel prix ? 

Türkei: Erdogans beste Feinde


 

de Guillaume Perrier et Marc Garmirian – ARTE GEIE / Agence Capa - France 2015

 

Fred Meon à propos du reportage

 

Erdogan et l’Etat islamique

Selon toute vraisemblance, Recep Tayyip Erdogan a depuis longtemps mis Daech au cœur de sa stratégie pour asseoir son pouvoir. L’opposition l’accuse même une complicité avec l’Etat islamique même si depuis le mois de juillet, l’armée turque bombarde les positions de Daech. 

Erdogan : le pouvoir à tout prix

Notre dossier sur les élections en Turquie

Soutenir la terreur

Il ne fait plus aucun doute qu’Erdogan a d’abord laissé faire Daech sans intervenir directement dans le conflit qui oppose les troupes de Bachar El-Assad, rebelles et djihadistes. Pour le chef de l’Etat turc, ces affrontements devaient mener à la chute du président syrien.

En 2014, Ankara n’a pas soutenu les combattants Kurdes lors des affrontements contre Daech dans la ville de Kobane. Pour les Kurdes de Turquie, la bataille de Kobane a donc mis fin au processus de paix avec Ankara. Erdogan espérait que les forces kurdes s’épuisent dans la lutte pour Kobane, renvoyant ainsi aux calendes grecques la formation d’un état kurde.

La zone frontière turque est depuis longtemps un passage important par lequel transitent sans difficulté les djihadistes allant et venant de Syrie pour rejoindre l’Europe. 

Suruc, le tournant

Avec l’attentat de Suruc, qui a fait 32 morts, Erdogan doit revoir sa position face à Daech. Cette tuerie non revendiquée porte la signature de l’Etat islamique, selon le premier ministre turc Ahmet Davutoglu. C’est le premier attentat perpétré par Daech sur le sol turc, c’est pourquoi Ankara a demandé, dans le cadre de l’Otan, le bombardement des positions djihadistes de l’EI en Syrie. La Turquie faisait déjà partie de la coalition internationale de lutte contre Daech. Mais son rôle se voulait surtout humanitaire, accueillant sur son sol les réfugiés fuyant la guerre en Syrie. Parallèlement, le président turc accusait publiquement Daech, le PKK ainsi que les services secrets syriens d’être responsables des attentats commis en Turquie. 

Des armes pour les djihadistes

Pour l’Opposition, le revirement d’Erdogan n’est qu’une manœuvre électorale. Elle reproche au président turc d’avoir soutenu les groupes djihadistes et de leur avoir livré secrètement des armes. Quelques mois avant l’attentat de Suruc, on pouvait voir sur les réseaux sociaux une vidéo qui a suscité l’émoi. Les images montraient un convoi de camions turcs immobilisés à la frontière avec la Syrie, apparemment pour apporter de l’aide humanitaire aux populations victimes de la guerre civile. Ce sont pourtant des armes qui ont été découvertes à la douane. Parmi les personnes qui ont été arrêtées, se trouvaient des membres des services secrets turcs. Les véhicules avaient terminé leur périple sur une route contrôlée par Al-Nusra, la branche syrienne d’Al-Qaïda. 

Les Turcs voteront-ils pour des hommes forts?

Après l’attentat d’Ankara, qui semble confirmer la piste de Daech, de nouveaux éléments ont fait leur apparition :

Selon l’Opposition, les services secrets turcs auraient noyauté la branche turque de Daech et organisé l’attentat. Daech n’avaient jusqu’à présent ciblé que les adversaires d’Erdogan, le parti des travailleurs kurdes (PKK) mais le 26 octobre lors d’un échange de tirs entre la police turque et des membres de Daech à Diyarbakir deux policiers ont trouvé la mort. Dans un contexte particulièrement confus, le gouvernement ainsi que le président Erdogan espèrent maintenant se présenter comme la seule force possible pour lutter contre l’insécurité, apporter la stabilité, et maintenir l’unité de la Turquie. Une stratégie risquée et dangereuse dans la lutte pour le pouvoir. Reste à voir si ces manœuvres politiques apporteront de nouvelles voix à l’AKP.     

 

Daech

D’où viennent-ils ?

Daech, armée djihadiste désignée aussi EIIL (Etat islamique en Irak et au Levant), est une organisation terroriste originaire du nord de l’Irak et issue de l’insurrection sunnite après la guerre d’Irak et la chute du régime de Saddam Hussein. Composé d’anciens militaires des armées de Saddam Hussein et rejoint en 2011 par d’anciens prisonniers salafistes des geôles de Bachar El-Assad, Daech profite des divisions confessionnelles et ses effectifs ne font que grossir. Leur première conquête significative a été la prise de Mossoul en 2014, une ville de 2 millions d’habitants qui s’impose aujourd’hui comme la « capitale » de l’organisation, ainsi que Raqqa plus à l’ouest en Syrie. Les chiffres sont difficiles à vérifier mais on estime que Daech compterait plus de 5000 combattants en Irak et entre 6000 et 12000 recrues en Syrie. Une partie de ses effectifs vient de l’étranger, pays arabes, europe, caucase. 

Qui en est le chef ?

Le chef de l’organisation est l’Irakien Abou Bakr al-Baghdadi. On ne connaît que peu de choses sur lui. Ancien prisonnier de l’armée US, arrêté à Fallujah en février 2004, c’est au sein des camps de prisonniers de l’armée américaine qu’il a croisé l’essentiel des futurs membres et cadres de l’organisation.

Libéré fin 2004 ce n’est qu’en 2010 qu’il devient le chef de l’organisation islamiste après avoir « fait ses preuves » en organisant plusieurs attentats contre des chiites entre 2007 et 2009. Enigmatique et secret, il reste un mentor pour les musulmans candidats au djihad et les jeunes en perdition venus d’Europe en mal d’une illusoire et nouvelle identité.    

Qui finance l’organisation terroriste ?

Daech est riche, très riche. Sa fortune est estimée à environ 2000 milliards de dollars. Ses revenus sont assurés par la prise de contrôle des banques des territoires conquis, de la collecte de l’impôt révolutionnaire, du trafic de drogue, du rançonnage et du trafic d’êtres humains. Daech bénéficie également de dons privés.

Mais c’est le pétrole qui constitue la principale source de financement de l’organisation. Daech contrôlerait une douzaine de champs de pétrole. Une fois raffiné, le pétrole est vendu au marché noir, notamment en Turquie et en Syrie où Daech assure également le "commerce du coton". Environ 10% du coton en Turquie proviendrait de champs de coton contrôlés par des djihadistes. Un tee-shirt sur cinq fabriqué en Turquie le serait avec du coton "daech". Enfin l’organisation terroriste contrôle une importante zone de production céréalière entre le Tigre et l’Euphrate ce qui lui permet d’en tirer des bénéfices importants.  La grande diversité des revenus est un atout pour Daech dont l’existence ne dépend pas d’une seule source de financement.

Quels nouveaux territoires ont-ils conquis ?

Un Etat c’est d’abord un territoire. Celui de Daech ne connaît pas de frontières précises. Bien au contraire, installé à la fois en territoire irakien et syrien, il est un « Etat dans les Etats ». Si son berceau d’origine est l’Irak, plus précisément le nord du pays, zone sunnite, Daech va profiter d’une Syrie affaiblie par la guerre pour étendre son influence jusqu’à Alep et Palmyre et prendre possession de tout l’est du pays. Le mode opératoire de Daech est la conquête ville par ville pour asseoir son autorité. Son projet est d’instaurer un « Etat islamique », un Califat, de la frontière turque aux portes de Bagdad.  

Dossier : Uwe-Lothar Müller, Christophe Huber, Judith Kormann