|
1

Sputnik : la propagande russe en orbite

Pays : Russie

Tags : Sputnik

"Alors que les grandes chaînes de télévision abreuvent les citoyens d’un déluge de propagande,  la pression sur les médias indépendants continue de s’intensifier à la faveur de la crise ukrainienne : lois liberticides en cascade, blocages de sites d’information, asphyxie ou reprise en main de titres de référence", l’atmosphère devient étouffante en Russie selon RSF qui place le pays en 152e position sur 180 dans son classement 2015 sur la liberté de la presse. En marge du conflit ukrainien, le Kremlin est en train de mener une autre guerre, celle de l’information. Et s’il l’a déjà gagné à l’intérieur, c’est désormais à l’étranger qu’il veut porter le fer. Pour cela il a mis en orbite une nouvelle arme de propagande massive, elle s’appelle Sputnik.

Sputnik. Ce seul nom réveille les fantômes de la guerre froide. La mise en orbite de ce premier satellite par les soviétique en 1957 avait lancé la folle conquête de l’espace entre l’URSS et les USA. Aujourd’hui, c’est à la conquête de l’espace médiatique que doit se lancer Sputnik, la dernière arme de propagande massive du Kremlin. Et le public visé n’est pas en Russie où les médias sont déjà largement sous tutelle, mais à l’étranger. Sputnik International, qui remplace le service en anglais de feu RIA Novosti, intègre plusieurs sites internet, une radio et une application pour mobile.

 

sputnik-vf-def

 

Briser le monopole anglo-saxon

Sur la version française du site, sa mission est clairement définie : "Sputnik montre la voie d'un monde multipolaire qui respecte les intérêts nationaux, la culture, l'histoire et les traditions de chaque pays. Sputnik dévoile ce dont les autres ne parlent pas". Pour Vladimir Poutine, il s’agit "de briser le monopole anglo-saxon sur le flux global d’informations." Et il a mis les moyens : lancé en novembre dernier ce nouveau service international multimédia est entièrement financé par l’état russe. 373 millions d’euros ont été débloqués cette année pour élargir les contenus étrangers de Rossia Segodnia, l’agence - créée sur les cendres de Ria-Novosti et de la radio La Voix de la Russie - qui chapeaute Sputnik.

2300 journalistes seront à terme répartis dans les principales capitales du monde – Paris, Londres, Washington, Istanbul, Pékin – ainsi que toutes les capitales de l’ancien espace soviétique. Ils travaillent déjà à peaufiner en 30 langues  et à destination de  34 pays l’image de la Russie et de celui qui la personnifie : Vladimir Poutine aux prises avec les "fascistes ukrainiens" et les "hypocrites européens" qui dénoncent l’intervention russe dans le Donbass mais conduisent eux-mêmes des frappes meurtrières dans d’autres pays.

 

Et la machine tourne à plein ces jours-ci pour convaincre le monde que l’intervention militaire russe en Ukraine est juste. C’est Dmitri Kisseliov qui mène la charge.  

 

MIKHAIL KLIMENTYEV / RIA-NOVOSTI / AFP

Ce présentateur connu pour être la voix du Kremlin a été nommé à la tête de Sputnik. Propagandiste en chef, cet adepte des théories anti-occidentales du complot est connu pour ses commentaires haineux contre les  homosexuels. Placé sur la liste des sanctions occidentales qui ont frappé le premier cercle de Poutine après l’annexion de la Crimée il est aujourd’hui interdit d’entrée dans l’Union européenne. "Nous sommes contre la propagande agressive qui nourrit le monde et impose un point de vue unipolaire" a-t-il déclaré lors de la mise sur orbite de Sputnik. Depuis le patron de l’agence jette scrupuleusement  de l’huile sur le feu ukrainien invoquant régulièrement le risque d’une confrontation nucléaire.

 

sputnik-fr-vf

En cliquant sur Sputniknews.fr aujourd’hui l’internaute français est d’abord frappé par un large bandeau et ce titre "Marine Le Pen virtuellement présidente de la France", mais c’est bien sûr l’Ukraine qui occupe le gros de l’espace. On y trouve par exemple l’interview d’un expert français, Alexandre Latsa  sur les médias occidentaux "marionnettes ou agents inconscients de l’expansion américaine ?" L’expert en question est en fait franco-russe et vit à Moscou. La guerre de l’information bat son plein, Sputnik est sur orbite dans l'espace médiatique pour contre-carre l'"impérialisme américain". 

 

Dernière màj le 12 février 2015