|

Simone Veil est morte à l'âge de 89 ans

Pays : France

Tags : Simone Veil, Nécrologie, mort

L'ancienne ministre Simone Veil, qui avait porté la loi légalisant l'avortement en 1974, est morte vendredi matin, a annoncé à l'AFP son fils Jean Veil.

Simone Veil est morte à l'âge de 89 ans
Simone Veil est morte à l'âge de 89 ans Simone Veil est morte à l'âge de 89 ans Simone Veil est morte à l'âge de 89 ans

 

L’atmosphère de crématoire, de fumée et de puanteur de Birkenau, je ne l’oublierai jamais."

 

Marquée par le désastre concentrationnaire et la mort de sa mère au camp de Bergen-Belsen, Simone Veil a consacré sa vie à la justice, à la reconnaissance des droits fondamentaux des femmes et à la réconciliation des consciences naguère ennemies. Sans passer à côté de ce que la vie peut offrir de meilleur quand on a réchappé au pire… avant d’être célébrée à travers le monde.

Le 30 mars 1944, une jeune Française, laïque et juive, est arrêtée à Nice. Le jour même, ailleurs dans la ville, sa sœur Madeleine et sa mère le sont aussi. Le soir du 15 avril, après deux jours et demi dans un wagon à bestiaux, elles arrivent à Auschwitz-Birkenau. Par-dessus les hurlements des chiens et des nazis, un inconnu en pyjama rayé murmure à l’oreille de Simone Jacob « Surtout, dis bien que tu as dix-huit ans ». Aurait-elle répondu aux SS responsables de la sélection qu’elle en avait seize et demi, elle allait à « la douche » et disparaissait en fumée.


VIDÉO : Simone Veil évoque à mots comptés la déportation : « Les odeurs, la boue, l’horreur quotidienne, la difficulté de rester des êtres humains.»

>> JALONS <<

13 juillet 1927
naissance à Hyères, Var

Mars 1944
arrêtée par la SS à Nice, elle est via Drancy déportée à Auschwitz-Birkenau

23 mai 1945
arrive à Paris après la libération du camp de Bergen-Belsen où elle avait été transférée

29 novembre 1974  
ministre de la santé du gouvernement de Jacques Chirac, sous la présidence de Valéry Giscard d’Estaing, elle fait voter la loi pour l’interruption volontaire de grossesse (l’IVG) 

17 juillet 1979 - 19 janvier 1982
Présidente du Parlement européen

Mars 1998 – mars 2007
membre du Conseil constitutionnel

20 novembre 2008
Élue à l’Académie française au fauteuil de Pierre Messmer

Revenir du camp

Le 23 mai 1945, Simone et Madeleine, survivantes de « la marche de la mort » sont de retour à Paris. Denise, leur autre sœur, déportée à Ravensbrück puis Mauthausen, fait elle aussi partie des rescapés. Leur père, André Jacob, et leur frère Jean ne reviendront jamais. Quant à leur mère, Yvonne Jacob née Steinmetz, elle est morte du typhus à Bergen-Belsen le 15 mars 1945. Plus de soixante ans après, sa fille devenue célèbre écrit : « Je me rends compte que je n’ai jamais pu me résigner à sa disparation. » Accueillie par son oncle et sa tante, Simone s’inscrit à la faculté de droit et à l’Institut d’études politiques où elle rencontre Antoine Veil. Ils se marient le 26 octobre 1946. Leur amour ne se démentira jamais.

Devenue magistrate, elle travaille à la direction de l’administration pénitentiaire puis au Conseil supérieur de la magistrature. Parfaitement inconnue du grand public, elle entre en politique dans le sillage de Valéry Giscard d’Estaing qui, fraîchement élu président de la République, la nomme ministre de la Santé.

 


Se jeter dans l'arène politique

Le 26 novembre 1974, digne et sûre, la voix posée – elle qui sait l’avoir mordante ! – Simone Veil défend devant les députés son projet de loi pour l’interruption volontaire de grossesse (l’IVG).

Simone Veil défend le projet de loi sur l’avortement à l’Assemblée nationale : « Monsieur le président, Mesdames Messieurs les députés ». Les attaques ignominieuses qu’elle subit ne la font pas fléchir. Elle poursuit « Je voudrais tout d’abord vous faire partager une conviction de femme. Aucune femme ne recourt de gaité de cœur à l’avortement ».


Applaudie par la gauche, elle essuie les injures d’une partie de la droite. D’aucuns parlent même de retour du nazisme ou d’embryons jetés au crématoire ! Mais Simone Veil n’est pas de celles que l’injure arrête. Elle en a connues d’autres et d’une nature bien plus cruelle. Le 29 novembre, par 284 voix contre 189, la loi est votée par l’Assemblée nationale. Le Sénat suit. Le 17 janvier 1975, la loi Veil entre en vigueur tandis que celle qui l’a portée à bout de bras entre dans l’histoire et conquiert le cœur des Français.

 

Elle a donné une âme à l’Europe."

Le jury du prix Heinrich Heine - 2010

Incarner l'Europe

En 1979, lors des premières élections européennes au suffrage universel, Simone Veil est tête de liste de l’UDF, le parti présidentiel. La victoire dépasse ses espérances. Le 17 juillet, une majorité de députés européens – élus de neuf pays jadis ennemis ou alliés mais désormais unis pour un même destin - porte l’ancienne déportée d’Auschwitz à la tête de leur Parlement. Tout un symbole.


POUR EN SAVOIR PLUS ...

- Fondation pour la mémoire de la Shoah dont Simone Veil était la présidente d’honneur

- Le discours de Simone Veil sur l’interruption volontaire de grossesse (IVG) le 26 novembre 1974 à l’Assemblée nationale. 

- Dans ce portrait citation, Simone Veil insiste sur la portée que représente l’élection au suffrage universel des députés au Parlement européen, pour la première fois dans l’histoire, en 1979

- Simone Veil immortelle

- Marceline Loridan a porté pendant quarante ans le projet de fiction sur le camp de Birkenau, La petite prairie aux bouleaux, présenté à Berlin en 2003

- L’archive Simone Veil de l’émission Karambolage d’ARTE restitue bien le contexte de l’époque et l’enjeu de cette bataille pour la légalisation de l’avortement :

Durant les trente mois de son mandat, Simone Veil œuvre à l’élargissement de l’Europe. Elle rencontre les personnalités marquantes de l’époque, Helmut Kohl, Vaclav Havel, Nelson Mandela ou Anouar El Sadate qu’elle invite à s’exprimer devant le Parlement. Une institution dont elle renforce l’autorité vis-à-vis des gouvernements nationaux, notamment en défendant un budget en faveur des pays les plus défavorisés d’Afrique. Lui décernant le prix Heinrich Heine 2010, le jury le souligne : « Elle a donné une âme à l’Europe ».

Dire adieu à la politique

En 1993, Edouard Balladur, Premier ministre de François Mitterrand, la nomme ministre d’État chargé de la Santé, des Affaires Sociales et de la Ville. En 1998, elle est nommée membre du Conseil constitutionnel par René Monory, alors président du Sénat : elle se retire peu à peu de la vie politique. Toutefois, en 2007, elle soutient Nicolas Sarkozy. Plus d’un sont surpris. Certes, elle condamne le ministère de l’Immigration et de l’Identité nationale. Mais les Rom, la déchéance de la nationalité, l’emprise du parquet sur la justice la laissent étrangement silencieuse. L’amitié qu’elle éprouve pour le président d’alors explique-t-elle sa mansuétude, à tout le moins son silence pour sa politique ?

 


Être couverte d'honneurs 

Docteur Honoris Causa de multiples universités, couverte de distinctions et d’honneurs parmi les plus prestigieux, Simone Veil entre à l’Académie française le 18 mars 2010. Ce jour-là, pied de nez à la barbarie d’hier, la rescapée des camps de la mort devient immortelle. Et, sur son épée d’académicienne, celle qui n’osait plus porter de manches courtes, fait graver le numéro tatoué sur son bras gauche : 78651.

 

>> VIDÉO : Simone Veil "immortelle" de LCPUne dernière image de Simone Veil* : dans la chambre de son appartement parisien, elle est allongée sur son lit avec la documentariste Marceline Loridan, et se remémorant la naissance de leur amitié à Auschwitz, elles rient. Comme des enfants.

*Tirée du documentaire Simone Veil, une histoire française, 2004, un film de 52’ de David Teboul, AMIP Production.
 

La « Shoah est notre mémoire et votre héritage » ou l’espoir du « plus jamais ça »

La Shoah ne se résume pas à Auschwitz : elle a couvert de sang tout le continent européen. Processus de déshumanisation mené à son terme, elle inspire une réflexion inépuisable sur la conscience et la dignité des hommes, car le pire est toujours possible.

 

Ainsi s’exprime Simone Veil à la tribune de l’Organisation des Nations unies le 29 janvier 2007, à l’occasion de la Journée internationale de commémoration dédiée à la mémoire des victimes de l’Holocauste. Et, rappelant être chaque jour hantée par le souvenir de ceux qui périrent dans les chambres à gaz, elle évoque d’autres génocides au Cambodge, au Rwanda, au Darfour... L’humanité est-elle sans mémoire ? De nouvelles tragédies seront-elles toujours devant nous?

LIVRES & DVD

Simone Veil, une passion francaise
Laurent Pfaadt
City Editions, 2011

Une vie 
Simone Veil
Stock, 2007

Les hommes aussi s'en souviennent
Simone Veil
Stock, 2004

DVD : 
Simone Veil, une histoire française
Un film de 52’ de David Teboul, AMIP Production
 

Simone Veil a-t-elle fini par désespérer des responsables politiques dont la passion du pouvoir prend souvent le pas sur les convictions, l’engagement, le refus des compromissions ? Il se peut. Cependant, elle n’a jamais désespéré de l’humanité des individus. C’est pourquoi, de ce même discours à l’Onu, il faut retenir ces autres mots qu’elle prononce telle une nouvelle espérance : « À l’exemple des Justes, je veux croire que la force morale et la conscience individuelle peuvent l’emporter ».

 

Dernière màj le 30 juin 2017