|

Roumanie, Bulgarie : dix ans d’UE pour quel résultat ?

Pays : Roumanie

Tags : EU, union européenne, Bulgarie

"Pour les Roumains, les dix années passées dans l'UE peuvent être visibles quasi-quotidiennement, par les jeunes gens qui ont la possibilité d'étudier, d'avoir des expériences professionnelles dans des pays de l'UE et par la communauté rurale, qui a réussi à faire de meilleures routes pour les villageois grâce aux fonds européens." Le premier ministre roumain -bientôt remplacé par Sorin Grindeanu- et ancien commissaire européen Dacian Ciolos ne tarit pas d'éloges sur les bienfaits de l'Union européenne sur son pays. Quelles conséquences a eu l'entrée de Bucarest et de sa voisine bulgare dans le giron de Bruxelles ?

ARTE Info s'est intéressé à trois secteurs clés : l'économie, la lutte contre la corruption et la politique.

Economie

Un PIB en hausse 
Le salaire minimum s'élevait à 280 euros par mois en 2015 en Roumanie. Ce chiffre est encore plus bas chez sa voisine bulgare, faisant de ces deux pays les membres les plus pauvres de l'UE. Mais cette réalité ne doit pas occulter le fait que leur niveau de vie a fortement augmenté en dix ans, malgré un recul en 2009 à cause de la crise économique qui a touché toute la planète. Le PIB roumain est passé de 98 à 158 milliards d'euros entre 2006 et 2015, tandis que le PIB bulgare, estimé à 44,1 milliards d'euros en 2015, avoisinait les 34 milliards d'euros neuf ans plus tôt.
 

Inégalités : peut mieux faire

"Paradoxalement, la pauvreté s'aggrave même si la Roumanie enregistre de forts taux de croissance", expliquait début décembre l'analyste économique Dan Popa à l'AFP. Les inégalités ont augmenté et elles sont criantes entre les villes et les campagnes. Les "meilleures routes pour les villageois" évoquées par Dacian Ciolos existent, certes, mais elles ne sont pas la règle. Les campagnes roumaines manquent encore d'infrastructures et les fonds européens sont souvent mal ou insuffisamment utilisés. C'est l'une des autres lacunes des deux pays, comme le souligne l'économiste Stéphane Colliac dans Le Monde : "Depuis 2007, près du quart des sommes prévues n’ont pas été versées, du fait des dysfonctionnements des administrations locales"

Autre paradoxe : si la Bulgarie, et surtout la Roumanie, attirent nombre d'entreprises européennes comme Renault sur leur sol, c'est parce que leurs salaires restent largement plus bas que ceux de leurs partenaires d'Europe de l'ouest. Ces délocalisations bénéficient en partie à l'économie des deux pays, mais elles freinent l'augmentation des rémunérations. 

Une fuite des cerveaux massive
Preuve du peu de perspectives qu'ils entrevoient dans leur pays, les médecins et ingénieurs roumains et bulgares sont des milliers à partir tous les ans en quête de bonne fortune. On estime que 3,4 millions de Roumains travaillent à l'étranger sur une population de 18,8 millions d'habitants. Côté bulgare, les chiffres sont plus difficiles à trouver, mais une étude de la Friedrich Ebert Stiftung, une fondation allemande, est révélatrice du malaise des habitants : elle révèle que 43% d'entre eux projettent de quitter leur patrie.

 

La lutte contre la corruption

L'entrée de la Bulgarie et de la Roumanie dans l'UE s'est accompagnée de la création d'un Mécanisme de coopération et de vérification (MCV), délégué à la Commission européenne et chargé de contrôler les progrès des deux pays en matière de réformes judiciaires, de lutte contre la corruption et, en ce qui concerne la Bulgarie, contre le crime organisé. La question de l'éradication de la corruption est tout sauf anecdotique pour ces deux pays qui ne font pour l'instant pas partie de l'espace Schengen, l'un des objectifs à moyen terme de la Roumanie. Sans être une condition explicite à cette nouvelle étape, les avancées des deux pays dans ce domaine ne peuvent que rassurer Bruxelles sur leur capacité à protéger les frontières extérieures de l'UE. 

Roumanie : bien joué
La Roumanie s'est engagée depuis une dizaine d'années, sous la pression de Bruxelles, dans un combat sans pitié contre la corruption, qui a conduit à l'arrestation de bon nombre d'anciens ministres et élus et qui a provoqué en novembre 2015 la démission du premier ministre Victor Ponta. D'où les louanges du Conseil de l'UE, qui commentait en mars 2016 les dernières conclusions du MCV : "Le Conseil salue les progrès sensibles que continue d'accomplir la Roumanie dans de nombreux domaines, ce qui laisse présager une viabilité croissante des réformes. L'action entreprise par les principales institutions judiciaires et par celles qui sont chargées des questions d’intégrité afin de lutter contre la corruption à haut niveau conserve une dynamique impressionnante"

Bulgarie : peut mieux faire
Dans ce même communiqué, le Conseil se montrait plus circonspect sur l'évolution de la Bulgarie, soulignant des progrès mais demandant à Sofia de "consolider et [de] renforcer sa volonté politique générale" dans la lutte pour l'indépendance de la justice. 

 

Politique

L'euroscepticisme gagne du terrain en Roumanie...

Malgré ce bilan en demi-teinte, les Roumains sont encore majoritairement favorables à l'Union européenne. L'enthousiasme de 2006 a laissé place à une certaine amertume face aux inégalités persistantes et aux bas salaires. Le Parti social-démocrate, pro-européen comme la majorité des formations politiques roumaines, a remporté les législatives du 17 décembre dernier. Mais plusieurs candidats ont incité leur pays à "s'affranchir de la tutelle" de l'UE et à "promouvoir ses propres intérêts". La défiance vis-à-vis de Bruxelles, bien que minoritaire, est une tendance nouvelle et bien réelle, comme en témoigne la création d'un parti eurosceptique il y a peu.

Tout comme en Bulgarie, même si Sofia n'envisage pas de quitter l'UE

Les Bulgares ont élu un président pro-russe en novembre 2016. Roumen Radev distille un discours nationaliste, critique de l'UE et opposé à l'immigration assez courant ces temps-ci sur le continent. Il milite pour une levée des sanctions européennes contre la Russie. Cet ancien général de l'armée de l'air, soutenu par l'opposition socialiste, a cependant soutenu que son pays devait rester dans l'Union européenne et dans l'OTAN, au sein desquelles il entend défendre une "position active" et "pas docile" de la Bulgarie. Le nouveau chef de l'Etat se dit "pro-bulgare" et entend défendre les intérêts de son pays avant tout.

 

Conclusion : Bucarest et Sofia à la recherche d'un plus grand rôle politique dans l'Union

Malgré leur déception, Roumains et Bulgares savent ce qu'ils doivent à l'UE. La Roumanie a ainsi reçu vingt-six milliards d'euros net de fonds communautaires en dix ans, des milliers de médecins et d'ingénieurs des deux pays ont la possibilité de travailler dans d'autres Etats membres et les deux pays ont la possibilité d'exporter leur production dans le reste de l'UE. 

Bucarest et Sofia, dont le poids est encore faible à Bruxelles, pourraient chercher à jouer un rôle politique plus important à l'avenir. C'est particulièrement vrai pour la Roumanie, qui s'était initialement prononcée contre les quotas de répartition des réfugiés en 2015, et qui milite pour un rapprochement de la Moldavie avec l'Union. La Roumanie assurera la présidence tournante du Conseil de l'UE de janvier à juin 2019, tandis que la Bulgarie aura ce rôle de janvier à juin 2018.

Dernière màj le 3 janvier 2017