|

"Pratiquement tous les produits chinois bon marché proviennent d’un camp de travail"

Pays : Chine

Tags : Laogai

Hartmut Idzko, journaliste et correspondant pour l’Asie de la première chaîne allemande publique ARD pendant de nombreuses années, nous parle de son film, du travail forcé en Chine érigé en système et du poids des camps de travail dans l’économie du pays.

ARTE Info : En abordant dans votre film le sujet des laogaïs, les camps de travail en Chine, vous touchez à un sujet très délicat. N’avez-vous pas eu de problèmes pour tourner ce film ?

Hartmut Idzko : Après avoir appris l’arrestation de nombreux confrères journalistes, nous n’avons pas même risqué d’aller en Chine. Le sujet est à ce point sensible qu’aucun cadreur n’était prêt à tourner avec moi sur place. Les images, nous les tenons de l’un des protagonistes, Harry Wu, le créateur de la fondation Laogai Research. Depuis des années, il tire la sonnette d’alarme sur la situation catastrophique qui règne dans les camps de travail. Wu a été lui-même interné pendant vingt ans. Finalement, il a pu fuir aux Etats-Unis. Il est ensuite retourné en Chine muni d’un passeport américain et a tourné clandestinement dans les camps pour montrer dans quelles conditions on produit pour l’exportation.

Aujourd’hui, il existe près d’un millier de camps, un dans presque chaque ville chinoise. 

 

Vous avez été de nombreuses années correspondant en Asie pour l’ARD. Sur place, vous aviez entendu parler de l’existence de ces camps de travail ?

Je savais, bien entendu, que, dans les années 1950, à l’époque de Mao, il y avait eu de nombreux camps de travail en Chine. Mais c’est seulement après la visite du musée laogaï à Washington que j’ai appris que ces camps existaient toujours, et en grand nombre. Ce fut un choc ! Aujourd’hui, il existe près d’un millier de camps, un dans presque chaque ville chinoise. Actuellement, on estime que quatre millions de personnes y sont internées. Souvent, ce sont des opposants au régime et non des prisonniers de droit commun. Le gouvernement chinois peut enfermer des gens pendant quatre ans sans jugement. Tout récemment, plus de 180 défenseurs des droits civiques ont été internés. De telles arrestations sont à l’ordre du jour en Chine. Chez nous, au mieux, on évoque cela dans un entrefilet dans le journal...

Pourquoi les médias européens sont-ils si peu attentifs à cette question ?

A cause des intérêts économiques en jeu, c’est évident ! L’Allemagne, par exemple, est le premier partenaire commercial de la Chine en Europe et ne souhaite pas mettre ces relations en danger. Nous sommes, dans une très large mesure, dépendants des exportations chinoises. 

En quoi les camps chinois se distinguent-ils des camps de travail en Union soviétique ou en Allemagne à l’époque nazie ? 

La grande différence, c’est l’administration des camps, qui est tributaire de la force de travail des détenus, ce qui n’était pas le cas dans les goulags ou les camps de concentration. Le personnel des camps ne perçoit pas un salaire versé par l’Etat, il vit de ce que les prisonniers produisent. Ce qui explique qu’il n’y ait pas d’extermination ciblée dans les camps chinois comme sous les nazis. Les gardiens ont intérêt à ce que les détenus restent en vie pour pouvoir les exploiter. Les camps relèvent de l’administration régionale. Il serait donc illusoire de vouloir mettre fin à ce système à partir de Pékin.

On peut considérer que les camps de travail contribuent massivement à l’économie du pays. 

 

Autrefois, en Chine, les travailleurs forcés étaient utilisés pour la construction d’infrastructures et dans l’agriculture. Quel rôle jouent-ils maintenant dans l’économie chinoise ?

Les chiffres exacts ne sont pas publics, cela va de soi. Mais on peut considérer que les camps de travail contribuent massivement à l’économie du pays. C’est un marché qui se chiffre en milliards. Souvent, il s’agit d’usines modernes que les Européens viennent visiter et où ils peuvent passer commande directement. Mais, derrière le bâtiment, ils ne voient pas la prison dans laquelle la marchandise est produite : guirlandes de Noël, emballages pour l’industrie pharmaceutique, vêtements, animaux en peluche, ou des pièces de machine... Pratiquement chaque produit chinois bon marché qui se retrouve dans nos magasins a été fabriqué dans un camp de travail. Sans les laogaïs, la Chine serait incapable de produire à si bas prix.

Dans votre film, il est aussi question de trafic d’organes dans les camps de détention.

Il s’agit là encore d’un commerce juteux qui se chiffre en millions. En Chine, la peine de mort continue existe. Autrefois, les condamnés étaient exécutés dans des procès publics ; aujourd’hui, l’exécution est pratiquée derrière les murs des prisons. Je sais, de témoins oculaires, que lors des exécutions, des ambulances attendent à l’intérieur du camp. Juste après leur mort, on prélève les organes des condamnés pour les revendre sur le marché. Cela profite à la fois aux hôpitaux et aux prisons.

Hartmut Idzko recommande ces œuvres littéraires à tous ceux qui souhaiteraient approfondir le sujet

Chine : l’archipel oublié

Après plusieurs années de recherches, le sinologue et politologue Jean-Luc Domenach révèle l’histoire du plus grand système de détention du monde.

Troublemaker:  One Man's Crusade Against China's Cruelty

Harry Wu, fondateur de la Laogai Research Foundation, nous raconte sa période de détention dans les camps de travaux forcés et ses investigations clandestins contre le système de laogaïs.

Ama Adhe, voix de la mémoire : Du Tibet libre à l’exil

La tibétaine Ama Adhe dut patienter courageusement durant vingt-sept ans dans un camp de prisonnier avant de pouvoir livrer son histoire.