|

Nos quinze histoires visuelles qui ont fait 2015

Pays : Monde

Tags : 2015, Webreportages

ARTE Info, ce n’est plus seulement des émissions d'information. Depuis 2008, de nombreuses créations et expériences pensées pour le web, avec les outils les plus innovants, ont été réalisées. Si le support change, l’esprit, lui, reste le même : prendre du recul sur les événements en cours et raconter à hauteur d’homme les soubresauts du monde. Reportages interactifs, webdocumentaires, enquêtes, bandes dessinées... la rédaction d'ARTE Info rembobine l'année écoulée en quinze histoires visuelles. Cliquez sur les passages surlignés en bleu pour y accéder.

La crise des réfugiés, ici et là-bas

2015, cette année record pour le nombre de réfugiés. Jamais depuis la Seconde Guerre mondiale l'humanité n'avait connu flux migratoire plus important. Les réfugiés et déplacés sont au moins soixante millions ; si tous ces gens formaient une nation, ce serait le vingt-troisième pays le plus peuplé au monde. En 2014, avec le projet "Réfugiés", ARTE Reportage vous racontait quatre camps de réfugiés au Népal, en Irak, au Liban et au Tchad, en compagnie de cinéastes, de photographes, d'écrivains et de dessinateurs. Et tout au long de l'année 2015, avec la crise migratoire qui a traversé et fissuré l'Europe, ARTE Info vous a proposé reportages, analyses et interviews pour mieux cerner cette actualité tragique et brûlante. Dont trois webreportages, "ici", en Europe, et "là-bas", au Moyen-Orient.

 

 
En Irak, les reporters du camp

En décembre 2013, une équipe d’ARTE Reportage partait pour le Kurdistan irakien, dans le camp de réfugiés syriens de Kawergosk. Parmi elle, un groupe d’artistes : le cinéaste Pierre Schoeller, l’écrivain Laurent Gaudé, le dessinateur Reinhard Kleist et le photographe Reza. Pendant son séjour, Reza a monté un atelier d’initiation à la photographie avec dix-neuf enfants réfugiés, âgés de 10 et 15 ans. Depuis, le Franco-Iranien a poursuivi le travail engagé en se rendant régulièrement sur place et en accompagnant à distance ses jeunes stagiaires. Durant deux ans, le lien n’a jamais été rompu. Mi-octobre 2015, ARTE Reportage a retrouvé Ali, Amama, Amer, Amina, Deliar, Maryam, Nalin, Nawras, Solav et Solin, en compagnie de Reza, pour mesurer en images le chemin accompli.

Sur la route des Balkans, l'odyssée des réfugiés

Pas d’endroit décent pour dormir, des conditions hygiéniques déplorables, des heures d’attente interminables sous un soleil de plomb et des frontières cerclées de barbelés : voilà la réalité du périple de ces réfugiés qui veulent atteindre l’Allemagne en passant par la Grèce, la Macédoine, la Serbie, la Hongrie et l’Autriche. Qui sont ces réfugiés et pourquoi entament-ils cette odyssée aux allures de calvaire ? Et qu’espèrent-ils de l’Allemagne ? Autant de questions que s'est posé notre reporter qui, pendant deux semaines, a emprunté le même chemin que les migrants.

En Allemagne, après l'euphorie de l'accueil, la réalité

700 réfugiés pour 2 400 habitants : le petit village de Sasbachwalden, en Forêt-Noire, vit une situation critique. Le 5 septembre, l'hôtel Bel-Air, situé à 800 mètres d'altitude, a été transformé en centre d'accueil. La fameuse crise des réfugiés oblige différents acteurs à s'adapter à une situation sans précédent, à commencer par les réfugiés bien sûr, mais aussi les villageois, les bénévoles, le maire et les hôteliers, qui voient les clients partir...

 

Des reportages en bande dessinée

Suivant la noble lignée des planches d’Art Spiegelman, des reportages de Joe Sacco ou des bulles de Marjane Satrapi, ARTE Info profite de ce terrain d'expérimentation qu'est le web pour explorer des territoires pas forcément familiers d'une chaîne de télévision. La bande dessinée en fait partie. En 2015, avec "Madagascar : la vallée du saphir" et "Un rabbin dans les cités", ARTE Reportage a pour la première fois associé le dessin à la vidéo. Et la bande dessinée "Srebrenica, vivre avec" a dépeint la Bosnie vingt ans après le génocide de 1995.

Un rabbin dans les cités

Religieux convaincu et infatigable, Michel Serfaty sillonne inlassablement les banlieues françaises depuis plus de dix ans. De la Courneuve à Vénissieux, de Borny au Mirail, le rabbin déploie toute son énergie pour renouer le dialogue entre juifs et musulmans. Au début de l’été, Michel Serfaty a choisi de faire le voyage entre la région parisienne et Toulouse. Deux mille kilomètres de route avalés en une semaine, de nombreuses étapes dans les banlieues pour y transmettre le message d’amitié judéo-musulmane véhiculé par son association. Quelques mois après les attentats à Charlie Hebdo et à l’Hyper Cacher, l’équipe d’ARTE Reportage l’a suivi en vidéo et en bande dessinée dans son périple, pour entendre la parole d’une France oubliée.

Madagascar : la vallée du saphir

Ilakaka, c’est l’histoire d’un rêve, celui de milliers de miséreux attirés par les sirènes du saphir. Ici, au cœur de Madagascar, hommes, femmes et enfants arrachent à la terre les pierres qui entretiennent l’illusion d’une vie meilleure. Ilakaka, c’est finalement une histoire vieille comme le monde qu'ARTE Reportage raconte en compagnie d'un dessinateur, qui explore les territoires, réels ou fantasmés, que la caméra ne peut filmer.

Srebrenica, vivre avec

1995, la guerre de Bosnie s'achève au prix d'un lourd bilan humain. À lui seul, le génocide de Srebrenica a fait plus de huit mille morts et la Bosnie est désormais morcelée en deux entités. Vingt ans après, comment le pays s'est-il reconstruit ? Portées par cette interrogation, Céline Bagault et Delphine Tayac sont parties en 2014 à la rencontre de ses habitants. A leur retour, elles ont demandé au dessinateur Théophile Navet de mettre leur histoire en images.

Les internautes et nous

Que serait internet sans ceux qui le font, les internautes ? En 2015, ARTE Info a de nouveau fait appel à vous : à vos données dans la série documentaire "Do Not Track" ; à vos histoires singulières pour le magazine "Tous les internets" ;  à vos petits coins de paradis pour le film participatif "Opération Climat".

Do Not Track

Série documentaire personnalisée consacrée à la vie privée et à l'économie du web, "Do Not Track" explore les différentes manières dont le web moderne enregistre et traque nos activités, nos publications et nos identités. Quelle est la valeur cachée derrière chacun de vos clics ? Que se passe-t-il sans que vous vous en rendiez compte et sans votre consentement ? Sept épisodes personnalisés abordent plusieurs sujets : de nos téléphones portables aux réseaux sociaux, de la publicité personnalisée au big data. Leur point commun ? Utiliser les méthodes et outils des trackers pour vous traquer pendant que vous les regardez.

Tous les internets

"Tous les internets", c’est un tour du monde du web qui vous promène de l’autre côté des internets avec, chaque mercredi, un entretien avec un invité dont l’histoire est à la fois singulière et intéressante. Tous ces témoignages sont systématiquement enrichis et mis en contexte grâce aux ressources dont regorge la toile elle-même. Pour que vive la conversation autour des usages que chacun peut faire de son internet, notre équipe de journalistes collecte et partage, au quotidien, des histoires, des informations et des liens qui nous racontent ce que les internautes du monde entier font de leurs vies connectées.

Opération Climat

Le 15 mai 2015, nous lancions "Opération Climat". En amont de la COP21, nous vous demandions de filmer ce petit coin de nature chéri et adoré, celui que vous ne supporteriez pas de voir disparaître en raison du dérèglement climatique. Quatre mois plus tard, grâce à vous, nous avions reçu huit cents vidéos. Résultat : le film documentaire "Nos chers paradis", diffusé le 24 novembre sur ARTE.

 

Des enquêtes en Europe

Qu'elle soit franco-nucléaire, suisso-bancaire ou hispano-politique, ARTE Info a fait en 2015 la part belle à l'investigation, avec trois enquêtes long formats sur les troubles du géant Areva, le système international de fraude fiscale SwissLeaks et les défis du parti de gauche Podemos. 

Areva & Uramin, la bombe à retardement du nucléaire français

C‘est une enquête en terrain miné, où les acteurs troubles et puissants avancent masqués. Elle part d’une question simple : pourquoi et comment trois milliards d’euros sont-ils partis en fumée dans des mines d’uranium qui ne valaient rien ? Tout commence en 2007 avec le rachat par le géant nucléaire français Areva d’une petite société canadienne, Uramin. Elle détient des gisements dans trois pays africains. Ce contrat, l’un des plus gros de ce siècle en France, s’est transformé en une catastrophe financière pour la société que dirigeait Anne Lauvergeon. Quels secrets ce gigantesque fiasco cache-t-il ? Chefs d’Etat, affairistes financiers de tous horizons, hommes politiques troubles, capitaines d’entreprise déchus se croisent dans cette sulfureuse histoire planétaire. De la brousse centrafricaine au tribunal de Paris en passant par La Hague, les équipes de Slug News et Hexagones ont enquêté pour ARTE Info sur cette brûlante saga.

SwissLeaks, le casse informatique du siècle

Genève, automne 2008. Hervé Falciani dévalise son employeur, la banque privée HSBC. Il ne repart pas avec l’argent, mais avec quelque chose de bien plus précieux : les données des clients. Son acte signe l’arrêt de mort du secret bancaire suisse. Les répercussions du casse informatique du siècle sont mondiales. "De quel côté êtes-vous ?", questionne notre polar financier interactif.

De la rue au pouvoir, le défi Podemos

Suite aux élections générales du 21 décembre, les Espagnols font face à une certitude - le bipartisme, en vigueur depuis trente-trois ans, n'est plus - et une question : qui pour diriger leur pays ? Pour la première fois depuis 1982, ni les conservateurs, ni les socialistes, ne sont en mesure de gouverner seuls. Dans une Espagne souffrante, en proie à la crise économique et aux plans d'austérité, les électeurs ont détourné une partie de leurs suffrages vers une nouvelle formation : le jeune parti de gauche Podemos, né du mouvement des Indignés. Tout commence le 13 juin 2015, lorsque que la vague Podemos déferle sur l’Espagne, en accédant aux mairies de quatre grandes villes du pays : Madrid, Barcelone, Valence et Saragosse. Etat des lieux dans notre webreportage pré-électoral.

 

Ces petites histoires qui font la grande

En janvier 2015, à l'occasion de son cinq centième numéro, ARTE Reportage dressait le bilan de ses onze années d'existence : mille quatre cent reportages réalisés et... cent cinquante pays visités. "Raconter les soubresauts de la planète à hauteur d’hommes, de femmes et d’enfants, en privilégiant le portrait, la séquence, pour rendre tangibles des réalités lointaines" : le credo de l'émission hebdomadaire trouve écho sur ARTE Info. En témoigne parmi d'autres ces trois webreportages, réalisés au Japon, en Thaïlande et en Irak, qui ouvrent grand les fenêtres sur notre monde globalisé, où ce qui se passe sur un autre continent a des répercussions chez nous...

Hibakushas, les derniers survivants d'Hiroshima

Les hibakushas d’Hiroshima ce sont ceux qui ont subi le bombardement atomique du 6 août 1945. Hibakusha, c’est un statut, au Japon. On vous donne une carte avec un code qui correspond à votre irradiation. Il existe plusieurs catégories : ceux présents près de l’épicentre le jour de l’explosion, ceux présents à moins de deux kilomètres de l’épicentre durant les deux semaines qui la suivirent, ceux exposés aux radiations des retombées. Notre carte interactive situe les survivants que nous avons rencontrés selon cette tragique classification. En naviguant dans Hiroshima bombardée, découvrez aussi les lieux de mémoire du 6 août 1945 et déambulez dans la ville aujourd’hui.

Ranong, ville symbole de l'exode birman

Ville frontalière tout au sud de la Thaïlande, Ranong n'est séparée de la Birmanie que par la rivière Kra Buri. Ce port dévoué à l'industrie de la pêche dans la mer d'Andaman a vu vivre, travailler et mourir des centaines de milliers de migrants depuis plus de vingt ans. Malgré les histoires sordides et la lutte pour la survie, les Birmans n'ont pas encore l'intention de rentrer au pays.

Bagdad caméras

En Irak, une jeune génération de cinéastes est en train d’émerger. Ils ont entre 20 et 30 ans, refusent les étiquettes religieuses et poursuivent des études audiovisuelles au Collège des beaux-arts de Bagdad. Après avoir subi de plein fouet l’invasion américaine et ses répercussions désastreuses, ces jeunes Irakiens ont choisi de s’armer d’une caméra pour exprimer l’instabilité du quotidien et promouvoir un message de paix. Afin d’encourager cette initiative et de redonner une impulsion au septième art dans cette région ravagée par les conflits, la réalisatrice Katia Jarjoura s’est rendue pour ARTE Reportage à Bagdad en septembre 2015, pour orchestrer un atelier de courts-métrages destiné aux jeunes réalisateurs irakiens. Entre les coupures d’électricité constantes, la chaleur accablante, l'insécurité quotidienne, les difficultés logistiques et techniques... les conditions dans lesquelles ces films ont été produits restent très précaires. Malgré ces circonstances, chaque film a la valeur unique d’être un regard de l’intérieur. 

 

Dernière màj le 30 décembre 2015