Madagascar : la guerre des zébus

ARTE Reportage - samedi, 16 juillet, 2016 - 18:50

Pays : Madagascar

Tags : Madagascar, vol de zébus

Doit-on parler de guerre des zébus à Madagascar ?

Madagascar - la guerre des zebus

 

Dans les étendues immenses et enclavées du Sud Malgache, les "dahalos", ces voleurs de zébus, dérobent des milliers de bêtes et terrorisent les villageois.

Les légendes locales leur prêtent même des pouvoirs magiques. Le Premier Ministre a trouvé la réponse, ce sera la grande bataille, l'opération anti-voleurs de zébu. Un millier d'hommes sensés débarrasser l'île de ses hors-la-loi. Une campagne militaire qui atteint rarement son but et s'enlise. L'Etat de droit est bafoué, de bavures en exécutions extra-judiciaires, mettant en première ligne des populations déshéritées.
 

De Charles Emptaz, Pierre Creisson et Xavier Gaillard – ARTE GEIE / La Bonne Prod – France 2015

Interview

 

 Le zébu, richesse économique

A Madagascar, posséder un zébu est une richesse économique. En effet, la majorité des habitants vit avec moins de 40€ par mois. La vente d’un zébu rapporte environ 120€ à son propriétaire. Le zébu est par ailleurs un producteur de fumier, indispensable à l’agriculture car les prix des engrais chimiques sont comparables à ceux en Europe et donc hors de portée des agriculteurs.

 

 Le zébu, outil de travail

Le riz est la principale culture du pays. Elle occupe les trois-quarts de la population agricole. Le zébu y joue un rôle important, car il piétine les rizières qu’il faudrait bêcher sans sa présence. Posséder un zébu pour les travaux agricoles est par ailleurs hautement symbolique, car le bêchage était autrefois assigné aux esclaves par décret royal.

 

 Le zébu, animal de tous les rites

Que ce soit pour les funérailles, les mariages, les naissances ou pour demander la protection  des ancêtres, le zébu est l’animal sacrificiel par excellence. Sa viande est largement consommée lors des cérémonies et il existe des prescriptions strictes sur les caractéristiques des animaux sacrifiés. Certains sont très prisés comme le zébu à tête blanche, alors que d’autres sont considérés comme impropres au sacrifice.

 

Le zébu et le vol rituel

Dans certaines populations de Madagascar (chez les Bars), le vol de zébu est une tradition ! Pour entrer dans l’âge adulte et pouvoir se marier, les jeunes garçons doivent montrer leur courage en volant un zébu. Un acte de bravoure et de séduction qui n’a rien à voir avec le banditisme et la violence qu’a pris le phénomène depuis quelques années.

 

Le zébu, symbole de Madagascar en danger

On trouve le zébu un peu partout : sur le sceau du pays, sur les pièces de monnaie, les timbres… Or l’instabilité politique et économique du pays a des conséquences sur les cheptels qui diminuent depuis deux décennies. Une situation qui inquiète l’ordre national des vétérinaires de Madagascar, qui estime qu’à ce rythme, l’élevage de zébu pourrait disparaître de l’île d’ici quelques années.

A (re)voir

Madagsacar, la vallée du saphir

Ilakaka, c’est l’histoire d’un rêve, celui de milliers de miséreux attirés par les sirènes du saphir. Ici, au cœur de Madagascar, hommes, femmes et enfants arrachent à la terre les pierres qui entretiennent l’illusion d’une vie meilleure. Ilakaka, c’est finalement une histoire vieille comme le monde que nous avons choisi de raconter en compagnie d'un dessinateur, qui explore les territoires, réels ou fantasmés, que la caméra ne peut filmer.

Voir le webdoc

 

 

Dernière màj le 16 juillet 2016