|

L’échec de la privatisation des écoles en Suède

Pays : Suède

Tags : Friskol

Cette semaine, Vox Pop a enquêté en Suède où les « Friskol » ont révolutionné le système scolaire. Gérées comme des entreprises, ces écoles libres sont désormais remises en question après la faillite de nombreux établissements.

Invalid Scald ID.

 

Est-ce la fin du « modèle suédois » ? Longtemps considéré comme un système éducatif progressiste, l'école privée a coûté cher aux Suédois. Le pays du prix Nobel ne figure plus parmi les bons élèves.

 

Quand l’école se transforme en entreprise

Au début des années 1990, la Suède a réformé son système scolaire en mettant en place des Friskol, des écoles privées entièrement gratuites. Comment ça marche ? L’État finance la scolarité de chaque élève au moyen de chèques éducation qui sont remis directement aux écoles. Toutes les familles suédoises – aisées ou défavorisées – peuvent bénéficier de ce système. Les Friskol sont gérés par des entreprises, des associations ou des fondations. Quant aux enseignants, ils sont embauchés directement par l’école.
La Suède est le premier pays européen à avoir expérimenté ce modèle. L’objectif des Friskol est d'offrir aux parents l'accès à un large choix d’écoles. Quel que soit le type d'établissement – pédagogie alternative ou enseignement confessionnel – les familles peuvent en profiter. Par conséquent, les écoles publiques sont en concurrence directe avec les Friskol. Afin de ne pas perdre d'élèves et donc de subventions, les écoles publiques sont obligées de redoubler d'exigence quant au niveau de l'enseignement qu'elles dispensent. Aujourd’hui, un quart des établissements scolaires du secondaire sont privés, dont la moitié appartient à  des entreprises.

 
Le bon élève fait mauvaise figure

Si le système éducatif suédois a connu pendant longtemps un grand succès, comptant parmi les meilleurs d’Europe, le pays connaît aujourd’hui sa plus forte chute dans le classement Pisa  (Programme international pour le suivi des acquis des élèves). Depuis une dizaine d’années, sa performance ne cesse de se dégrader, notamment en mathématiques : la Suède a perdu 13 points et se retrouve aujourd’hui en-dessous de la moyenne des pays membres de l’OCDE. En cause, les écoles privées. Des études ont montré que par mesures d'économie les Friskol embauchent non seulement moins de salariés mais aussi des enseignants moins qualifiés. Plusieurs établissements ont fait faillite ces dernières années dont la société John Bauer, propriété du groupe d’investissement danois Axcel, qui a laissé une dette de plus de 100 millions d’euros. Du jour au lendemain, 11 000 élèves se sont vus privés d'école et 1 000 enseignants se sont retrouvés au chômage. D’après l’entreprise, les difficultés financières sont liées à une baisse du nombre délèves dans le secondaire. Aujourd’hui, un collège suédois sur quatre est déficitaire. Malgré ce bilan inquiétant, le gouvernement suédois ne compte pas en finir pour le moment avec le système des Friskol. Selon des sondages récents, les Suédois sont toujours majoritairement favorables à ce modèle scolaire, mais ils se montrent de plus en plus réticents vis-à-vis des entreprises qui s’enrichissent sur le dos de leurs enfants.

 

Nadine Ayoub

 

Dimanche 07 septembre

20:15

Vox Pop

Logement, un mal européen ?

Invalid Scald ID.

 

 

 

Dernière màj le 8 septembre 2014