La valeur du savoir

15 mai 2017

Les universités britanniques sont les mieux placées dans les classements mondiaux. Poursuivre un cursus dans l'une de ces prestigieuses écoles a un coût : 10 000 euros de frais d'inscription en premier cycle. Cela n'empêche pas des étudiants étrangers d'engager de telles sommes pour obtenir un diplôme qui leur permettra d’intégrer directement le monde du travail. Revers de la médaille : beaucoup de jeunes diplômés ne peuvent pas rembourser leurs crédits étudiants. Des frais d’inscription exorbitants sont-ils nécessaires pour garantir la compétitivité des établissements d’enseignement supérieur ? THEMA se pose cette question et montre, en s’appuyant sur l’exemple des pays scandinaves, qu’un contre-modèle peut fonctionner.

Dans ce dossier, vous pouvez revoir le documentaire "Etudiants, l'avenir à crédit" et découvrir les conséquences de la libéralisation de l’enseignement supérieur.

(Re)Voir le documentaire cours_artikel.jpg

Etudiants, l'avenir à crédit

Sous l'effet de la compétition internationale, les universités se transforment en de gigantesques entreprises. Un phénomène qui émerge aussi en Europe.

Education, Welt

Infographie
La libéralisation de l’enseignement supérieur

Sous l'effet de la compétition internationale, les universités se transforment en de gigantesques entreprises. Découvrez les quatre conséquences de la libéralisation de l’enseignement supérieur abordées dans le documentaire de Jean-Robert Viallet, Etudiants, une vie à crédit.

ARTE Journal
L'élection de Trump, une épée de Damoclès pour les étudiants sans papiers

La politique qu'entend mener Donald Trump en matière d'immigration pourrait provoquer l'expulsion de milliers d'étudiants en situation irrégulière.

Vox Pop
Royaume-uni - Les étudiants mobilisés contre les frais de scolarité

Les étudiants britanniques descendent en masse dans la rue pour dénoncer le triplement des frais universitaires. Le début d'une contestation de grande ampleur ?

ARTE Reportage
USA : dette des étudiants, la prochaine bulle ?

À l’automne 2011, la Réserve Fédérale américaine provoque un électrochoc dans le pays : elle révèle que l’encours de toutes les dettes étudiantes aux Etats-Unis a dépassé les 1000 milliards de dollars.