|

"Je crains que le Mémorial de l'esclavage ne soit qu'un symbole"

Pays : France

Tags : Guadeloupe, esclavage, Maryse Condé

François Hollande inaugure ce 10 mai 2015, jour de la commémoration de l'esclavage, un nouveau mémorial en Guadeloupe. Le Mémorial ACTe, première institution majeure de la zone caraïbe sur la traite et l'esclavage. 

Guadeloupe : la mémoire de la traite et de l’esclavage

Nous avons interviewé à cette occasion, Maryse Condé, écrivaine guadeloupéenne, qui vient de publier un dernier ouvrage aux éditions JC Lattès,  "Mets et Merveilles", et qui fut la première présidente du Comité pour la mémoire de l'esclavage, créé en 2004 pour l'application de la loi Taubira qui a reconnu en 2001 la traite et l'esclavage comme crimes contre l'humanité. C'est sur sa proposition que le Président Jacques Chirac a fixé au 10 mai la Journée de commémoration de l'esclavage.

 

Avez-vous bataillé fort en 2001 pour que soit votée la loi Taubira sur la reconnaissance des traites et des esclavages comme crime contre l'humanité?  

Maryse Condé 1

Aujourd'hui, estimez-vous que la société française a évolué et notamment sur la mémoire de l'esclavage? Sur l'histoire de l'Afrique? Sachant qu'en 2007 encore, le président Nicolas Sarkozy estimait que "l'homme africain n'est pas assez entré dans l'Histoire"? 

Maryse Condé 2

Vous dites être "optimiste". La montée du Front National, l'augmentation des discours et violences racistes n'entament pas cet optimisme? 

Maryse Condé 3

Que vous inspire la création de ce nouveau mémorial de l'esclavage et de la traite en Guadeloupe? 

Maryse Condé 4

 

Dernière màj le 8 décembre 2016