1

Irak : des aiguilles contre la terreur

ARTE Reportage - samedi, 23 janvier, 2016 - 18:35

Pays : Irak

Tags : acupunture, traumatisme de guerre

Française d’origine arménienne, Elise Boghossian quitte son cabinet d’acupuncture parisien, tous les mois, pour soigner les réfugiés syriens et irakiens exilés au Kurdistan. 

Grâce à deux bus transformés en dispensaires mobiles, son équipe de médecins, infirmiers et psychologues, eux-mêmes réfugiés, accède aux zones oubliées des autres ONG, tout près de la ligne de front avec Daech. Ils prodiguent en moyenne 300 soins par jour, dans 18 sites différents, à des patients chrétiens et yézidis qui souffrent de blessures de guerre physiques, mais aussi psychologiques. Elise aide aussi à libérer la parole de jeunes femmes yézidis, traitées comme esclaves par les djihadistes.

Petite-fille de rescapés du génocide des arméniens en 1915, c’est en référence à son propre passé qu’elle a choisi de s’engager dans l’aide aux victimes de guerre, en faisant de l’acupuncture un instrument humanitaire et politique. A 100 ans d’écart, la même tragédie se répète, parfois dans les mêmes lieux. Lorsqu’Elise rencontre des réfugiés chrétiens arméniens qui ont fui Mossoul, c’est toute son histoire personnelle qui resurgit…

Irak : des aiguilles contre la terreur

 

De Marc Garmirian et Laurène Bosc – ARTE GEIE / Capa Presse – France 2016 - Remerciements à Irina Hovsepyan 

Interview

“Ils tuent, tuons les”

Abu Mohammad al-Adnani

“Ils tuent, tuons les ” ! Ce message lancé en janvier 2015 par Abu Mohammed al-Adnani, porte-parole du groupe État islamique en Syrie et cerveau présumé des attentats du 13 novembre dernier à Paris, précise : „Nous voulons Paris, et si Dieu le veut, nous détruirons aussi Rome, Madrid, nous ferons de vos vies un enfer, la Maison Blanche, Big Ben, la Tour Eiffel (…) les musulmans reviendront au pouvoir et dirigeront le monde“.

Le 29 juin 2014, après avoir conquis plusieurs régions en Irak et en Syrie, le groupe État islamique appelle officiellement à la création d’un califat, autonome et indépendant, conduit par Bakr al-Bagdadi. Selon Christoph Günter, spécialiste de l’Islam, „Daech tente d’imposer un modèle de société entièrement fondé sur une interprétation prétendue exacte et non falsifiée des préceptes du Coran et l’application des règles édictées par le Prophète“.

Le régime de terreur se réfère à plusieurs textes sunnites datant du XIe siècle et à une prophétie vieille de 1300 ans attribuée à Mahomet : une armée de justes sortira victorieuse d’une bataille entre musulmans et byzantins dans la ville syrienne de Dabiq; elle partira à la conquête du monde et convertira les peuples à l’Islam. On notera que le magazine de propagande de Daech s’intitule Dabiq.

Ce califat, composé de „vrais musulmans“ est en réalité une organisation terroriste islamiste et anti-occidentale, qui contrôle quelque 8 millions de personnes, applique la Charia et punit quiconque enfreint la loi islamique. Celui qui ne se convertit pas à l’Islam sunnite est racketté, voire condamné à mort : Chiites, Yazidis, chrétiens, athéistes ou mécréants, tous font l’objet de violences et de meutres. L’organisation État islamique séduit non seulement ceux qui croient en une dictature brutale de l’Islam, mais aussi des mercenaires.

Olivier Roy, spécialiste de l’Islam, nomme cette dérive „la mutation du religieux“ et souligne que: „La lecture des sourates par les islamistes est erronée. Ils les sortent de leur contexte historique et les appliquent à la lettre,“. Facile donc pour Daech de justifier ses crimes „au nom de dieu“, comme l’ont fait naguère de nombreux tyrans..

En 2014, 120 savants musulmans publient une lettre dans laquelle ils fustigent les actes terroristes de l’EI et réfutent leurs arguments religieux. Les dernières lignes du message d‘Abu Mohammed al-Adnani sont pourtant sans appel : „Oh Allah, notre religion est ta religion, et nous sommes tes soldats“. Le 4 janvier 2016, suite à des frappes de l’aviation irakienne, al-Adnani aurait été gravement blessé et transféré à l’hôpital de Mossoul, la „capitale“ de l’EI. Cette information n’est pas confirmée à ce jour.

Uwe-Lothar Muller et Christophe Huber

Territoires contrôlés par Daech en Syrie et en Irak