Il n'y a jamais eu autant de réfugiés et déplacés

Pays : Afghanistan, République démocratique du Congo, Syrie

Tags : Réfugiés, Déplacés

Cinquante-et-un-millions-deux-cent-mille. C'est le nombre d'hommes, de femmes et d'enfants qui, selon les Nations-Unies, sont aujourd’hui contraints à vivre sur une terre qui n’est pas la leur. Parmi eux, 16,7 millions de réfugiés et, plus alarmant encore, 33,3 millions de déplacés internes. Si tous ces gens formaient une nation, ce serait le vingt-sixième pays le plus peuplé au monde.

 

Les données mises en forme dans la carte ci-dessus ont été collectées par l’UNHCR, le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés, qui dispose des statistiques les plus complètes à ce sujet. Sont additionnés, pour chaque pays d'origine, les chiffres des six catégories de population étudiées par l'UNHCR. A savoir :

En savoir plus...

De quels pays viennent les réfugiés ? Et où vont-ils ? Notre focus.

- Les réfugiés, qui se trouvent hors de leur pays d’origine ou de résidence habituelle et ne peuvent ou ne veulent y retourner, craignant d’y être persécutés du fait de leur race, religion, nationalité, appartenance à un certain groupe social ou de leurs opinions politiques.

- Les déplacés internes, qui ont été forcés de quitter leur foyer à cause de raisons similaires à celles des réfugiés, mais qui sont restés à l’intérieur des frontières de leur propre pays.

- Les demandeurs d’asile, qui ont déposé une demande d’asile auprès des autorités compétentes et qui attendent que leur demande soit acceptée ou rejetée.

- Les rapatriés, qui relevaient de la compétence de l’UNHCR lorsqu’ils se trouvaient hors de leur pays ou région d’origine et qui continuent de relever de sa compétence après avoir regagné leur pays/région d’origine.

- Les apatrides, qui ne sont considérés comme leurs ressortissants par aucun Etat en vertu de son droit sur la nationalité ou de par sa constitution.

Depuis vingt-cinq années que ces statistiques sont recueillies, jamais la population réfugiée ou déplacée n'a été aussi nombreuse. Comme le montre le diagramme ci-dessous, le nombre de réfugiés est resté plus ou moins stable à travers les années et c'est surtout le nombre de personnes déplacées à l'intérieur de leur pays qui s'est envolé. Sont principalement concernés par cette dernière tendance :

- La Syrie, où les plus de trois années de guerre civile font que la république arabe compte actuellement plus de déplacés internes (6,52 millions) que de réfugiés (2,47 millions).

- La Colombie, où l'ininterrompue guérilla entre les forces armées révolutionnaires et le gouvernement entraîne toujours plus de migrations au sein du territoire (5,37 millions de déplacés internes au total, 115 000 rien qu'en 2013).

- Les pays africains en proie à des conflits anciens, comme la République démocratique du Congo (2,96 millions de déplacés internes), le Soudan et le Sud-Soudan (respectivement 1,87 et 0,33 millions), la Somalie (1,13 million), ou plus récents, comme la République centrafricaine (894 400 déplacés) et le Mali (254 800).