Htin Kyaw, président élu de la République birmane

15 mars 2015

La Birmanie a un nouveau président : le premier élu démocratiquement depuis 1957. Htin Kyaw devient aussi le premier président civil du pays après cinquante ans de dictature militaire, dont les gouvernements successifs furent dirigés par d’anciens généraux. C’est lors d’un vote du Parlement birman, mardi 15 mars, que le nouveau président a été élu par 360 voix sur 652 députés. La Ligue nationale de la démocratie (NLD), qui a remporté 80% des sièges en lice dans les deux chambres du Parlement en novembre dernier, avait proposé le nom de ce proche d’Aung San Suu Kyi.

 

Réputé particulièrement loyal à son pays, Htin Kyaw est le fils d’un célèbre poète birman, Min Thu Wun. Diplômé d’économie, ancien professeur d’université, le nouveau président birman a également été fonctionnaire aux ministères des Affaires Etrangères et de l’Industrie. Htin Kyaw prendra ses fonctions le 1er avril.

 

"C’est la victoire de notre sœur Aung San Suu Kyi", a-t-il déclaré juste après son élection, dans les couloirs du Parlement de Naypyidaw, la capitale administrative birmane. La Constitution élaborée par la junte au pouvoir pendant près de trente ans bloquait l’accès à la présidence pour la "Dame de Rangoun" : le texte excluait de la fonction toute personne ayant des conjoints ou des enfants étrangers. Une disposition qui visait directement celle qui, en novembre dernier, a mené la transition démocratique de la Birmanie.

 

Aung San Suu Kyi n’a toujours pas précisé si elle serait ministre du gouvernement qui doit être formé début avril. Elle a cependant elle-même assuré au peuple birman qu’elle serait "au-dessus du président", en tant que ministre, ou bien en tirant les ficelles de l’exécutif depuis son poste de députée.

Résultats des élections : "L'aube d'une nouvelle ère"

Le parti de l'opposante Aung San Suu Kyi a remporté trente-cinq des trente-six premiers sièges de députés annoncés lundi par la commission électorale.

Notre guide des élections générales

Notre guide pour comprendre les enjeux des élections générales qui auront lieu le 8 novembre, un évènement historique après un demi-siècle de dictature.

La parole aux citoyens

De Rangoun à Mouleymine en passant par Mandalay, rencontre avec des Birmans résignés, enthousiastes, impatients.

dsc03001

A lire et à voir

Romans, chroniques de voyage, fictions, documentaires : l'essentiel de la culture pour comprendre la Birmanie d'hier et d'aujourd'hui. 

ARTE Reportage
L’étrange destin des frères Htoo

Enfants, Johnny et Luther Htoo étaient invincibles. Aujourd’hui, les deux frères ont 27 ans. L’heure de gloire est désormais loin derrière eux…

burma

Le peuple à l’école de la démocratie

Dans le delta de l'Irrawady, une association locale organise depuis deux mois des ateliers d'éducation au vote pour les fermiers et les pêcheurs.

ARTE Reportage
L’éveil à la liberté

Après soixante ans de dictature et d’isolement, le pays se transforme rapidement. Construire une nation démocratique semble un rêve accessible.

Kyaw Kyaw

K2, un destin d'activiste

Après les manifestations sanglantes d'août 1988 et dix ans de guerilla dans la jungle birmane, Kyaw Kyaw s'est tourné vers la lutte non-violente. Portrait. 

ARTE Reportage
La malédiction des Rohingyas

Déchue de sa nationalité birmane, cette minorité musulmane de l'est du pays est, aujourd’hui, la première victime d'une poussée xénophobe sans précédent...

Birmanie migrants

Ranong, ville symbole de l'exode birman

Ville frontalière tout au sud de la Thaïlande, Ranong n'est séparée de la Birmanie que par la rivière Kra Buri. Ce port dévoué à l'industrie de la pêche dans la mer d'Andaman a vu vivre, travailler et mourir des centaines de milliers de migrants depuis plus de vingt ans. 

Voir le site