|

Dix solutions pour sauver l’Europe de l’échec de sa politique migratoire 

Pays : Union européenne

Tags : crise des migrants, bruxelles

La Commission européenne a proposé mercredi un budget humanitaire inédit de 700 millions d'euros pour gérer la crise migratoire. Mais les vingt-huit ne parviennent plus à faire face ensemble à l’arrivée massive et inexorable des réfugiés fuyant la guerre. Ils sont conscients qu’aucune solution unilatérale ne pourra être prise pour résorber la crise. L’Europe est sur le point de s’effondrer, prête à renier ses valeurs fondamentales et à céder face à la pression des nationalistes. Pourtant, des solutions existent, issues bien souvent d’initiatives populaires ou locales. Si elles étaient appliquées à l’échelle européenne, elles pourraient permettre de mieux intégrer les migrants, de rassurer les citoyens européens et peut-être de dissuader les gouvernements de refermer leurs frontières. 

L’intégration est une course contre la montre : c’est l’une des leçons tirées par l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) dans un rapport présenté fin janvier avec le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR). Le texte contient dix propositions pour mieux intégrer les réfugiés : travail, logement, formation, santé...Ces mesures sont déjà appliquées par de nombreuses initiatives locales en Europe.

 

Accélérer l’intégration des réfugiés

Heidelberg : 24h pour accorder l'asile.

Dans son rapport, l’OCDE insiste sur la nécessité d’accélérer le traitement des demandes d’asile : “plus les migrants ont accès tôt au marché du travail, plus leurs perspectives d’intégration s’améliorent à long terme et moins elles coûtent aux pouvoirs publics”. L’organisme a ainsi évalué la capacité d’un État à étudier rapidement un dossier de demande d’asile. Si les pays scandinaves sont les plus avancés dans ce domaine, d’autres pays comme l’Allemagne font des efforts pour accélérer le traitement des demandes.

 

Impliquer tous les acteurs

Berlin : Des colocations ouvertes aux réfugiés.

Les pouvoirs publics ne sont pas les seuls acteurs impliqués dans l’accueil des migrants. Le rapport souligne que les citoyens et les responsables locaux ont également leur part de responsabilité : après le choc généré par l’image du petit Aylan, de nombreuses initiatives individuelles et réseaux associatifs ont exprimé leur solidarité en offrant une aide au logement ou aux démarches administratives. Ces gouttes d’eau dans l’océan ont permis à de nombreux réfugiés de s’implanter dans la société. Le rapport cite ainsi des "initiatives particulièrement réussies en Norvège et aux Pays-Bas". En Janvier, ARTE Info avait rencontré trois Berlinois, initiateurs d’un vaste projet d’accueil des réfugiés chez les particuliers. Selon le site, 271 “colocations” ont déjà ouvert leurs portes depuis novembre 2014. Le réseau tisse sa toile dans une dizaine de pays. La France n’en fait pour l’instant pas partie, même si l'association Singa a mis en place un système similaire, inspiré du modèle AirBnb.

 

Donner la priorité à l’apprentissage de la langue

Suède : la réussite des cours d'intégration.

Il faut enseigner la langue très rapidement, afin de permettre un accès en peu de temps au marché du travail”, insiste le rapport. Depuis novembre 2015, l’Allemagne a ouvert des cours aux demandeurs d'asile “jugés prioritaires” : six-cents heures de formation linguistique et soixante heures d'éducation civique. En plus des cours de langue, la Belgique propose aussi des cours d’informatique pour mieux intégrer l’emploi et les pays scandinaves comme la Suède ont développé des programmes structurés sur plusieurs années selon le niveau d’étude, combinant la formation linguistique, des cours d'intégration civique et la formation au marché du travail. La particularité de ce programme : tout manquement aux cours ou aux stages est sanctionné financièrement.  

 

Traiter les blessures invisibles

Italie : soigner le traumatisme des réfugiés. 

Si la santé physique des réfugiés est globalement prise en charge par les pays d’accueil, le rapport rappelle la nécessité de tenir aussi compte des blessures psychologiques, plus difficiles à cerner. Plus d’un million de personnes ont traversé la Méditerranée en 2015 pour rejoindre l’Europe. Parmi elles, beaucoup sont traumatisées par ce qu'elles ont dû endurer au cours de leur voyage. Après le drame de Lampedusa et face aux arrivées massives sur les côtes siciliennes, l’Italie a lancé un nouveau projet piloté par l'association Médecins pour les droits de l'homme (MEDU) pour leur venir en aide.

 

Accompagner les mineurs isolés

Berlin : des tuteurs bénévoles pour les réfugiés mineurs.

Les réfugiés sont souvent considérés comme une entité globale et abstraite. Pourtant, ils n’ont pas les mêmes origines, ou les mêmes études, parcours et niveaux. Le rapport met donc l’accent sur la nécessité de moduler l’offre en fonction des besoins de chacun et d’aider plus spécifiquement les plus vulnérables. Le nombre de mineurs isolés ne cesse d'augmenter en Europe ces dernières années. Beaucoup fuient le conflit en Syrie et échappent aux mariages forcés après avoir vécu dans des camps insalubres au Liban. Selon le rapport, le meilleur moyen de les intégrer reste l’école. Des villes situées en Italie ou en Allemagne ont ainsi développé des programmes scolaires spécifiques, avec des tuteurs bénévoles pour les accompagner.

 

Concilier le rapport travail/logement

Francfort-sur-l'Oder : l'apport des réfugiés dans l'économie.

C’est le troisième axe développé dans le rapport : après la phase d’accueil et de formation, chaque pays doit pouvoir intégrer les réfugiés “dans les zones où l’emploi est dynamique et pas seulement dans celles où il dispose de logements libres”. A l’exemple de la France et de l’Allemagne, de nombreux pays européens ont en effet entrepris d’intégrer les migrants dans des régions situées en rase campagne. Ces quotas ne tiennent pas compte de l’offre d’emploi ou des compétences professionnelles des migrants. Selon le rapport, l'Estonie, le Danemark, la Finlande, le Portugal et la Suède comptent parmi les rares pays membres de l’OCDE à tenir compte de ces critères économiques pour répartir les réfugiés.

 

Faciliter l’accès à l’emploi

Stuttgart : des stages pour migrants.

Le rapport insiste : “Si les barrières légales sont trop compliquées à franchir, de nombreux réfugiés risquent de recourir au travail informel et voir les possibilités d’intégration diminuer.”  

Ainsi en France, les demandeurs d’asile ont en moyenne accès au marché du travail neuf mois après leur demande, contre seulement un mois au Portugal et environ trois mois en Allemagne. Cette absence de mutualisation des règles nuit à une meilleure répartition des réfugiés. Elle explique aussi pourquoi certains Etats sont pris d’assaut par les migrants et d’autres non. 

Pour combler ces disparités, la Commission européenne a proposé mercredi un budget humanitaire de 700 millions d'euros pour aider les pays situés en première ligne face à l'afflux massif de migrants. L’objectif : réussir à débloquer la situation et faire avancer l’idée que “l’Europe a besoin de ces populations pour avancer”.

Dernière màj le 8 décembre 2016