Chine : la peine des hommes

ARTE Reportage - samedi, 16 juillet, 2016 - 18:50

Pays : Chine

Tags : Chine, hommes célibataires

La Chine souffre d’un mal incurable. Elle manque de femmes. Le déséquilibre donne le vertige : un jeune Chinois sur cinq sera incapable de se trouver une épouse d’ici cinq ans.

Chine : Le Peril Des Hommes

 

La Chine compte déjà un surplus de 30 à 40 millions d'hommes. Dans certaines régions, on voit apparaître un monde sans femmes: les “villages de célibataires”. Les rares filles ont déserté pour chercher un mari riche à la ville. Les hommes qui veulent avoir une chance de se marier sont obligés de partir vers d’autres régions. Des millions de jeunes célibataires affluent vers le sud du pays, et travaillent nuit et jour dans les usines du Delta des Perles, l’atelier du monde, tout en tentant de trouver l’âme soeur. Mais, là aussi, les filles se font de plus en plus rares. De désespoir, certains kidnappent des femmes. D’autres partent s’en acheter une à l’étranger. Des Birmanes, des Vietnamiennes, des Indonésiennes "importées" en Chine.

Alors que la Chine vient de mettre fin officiellement à 35 ans de politique de l’enfant unique — grandement responsable de ce déséquilibre entre les sexes — des célibataires, broyés par cette impossibilité mathématique de trouver une femme, témoignent et nous emmènent au coeur du trafic, prêts à tout pour ne pas rejoindre les rangs des célibataires endurcis. Ceux que les Chinois appellent "guang gun", les branches mortes, qui ne porteront jamais de fruits. 
 

De Marjolaine Grappe et Christophe Barreyre – ARTE GEIE / OrientXpress – France 2016

 

Interview

 

Femmes, trésors en péril

 

Le nombre de femmes dans le monde est en chute libre. La Chine et l’Inde, qui représentent à eux-seuls 37 % de la population mondiale, en seraient les principaux responsables.  En Chine, 35 années de politique de l’enfant unique ont causé la disparition de millions de filles par avortements sélectifs ou infanticide. Même chose pour l’Inde où ces pratiques ont considérablement réduit la population féminine, essentiellement dans le nord du pays. Difficile de naître fille en Asie.  

La Chine et l’Inde comptabilisent un déficit global de femmes d’environ 170 millions. Le nombre de « femmes manquantes » devrait même atteindre les 225 millions en 2025. En Asie, plusieurs facteurs plaident en défaveur des femmes, à commencer par les coutumes, les croyances religieuses ou les considérations économiques. En Inde, mettre au monde une fille est vécu comme un risque pour la famille : destinée à se marier, elle devra remettre une dot et se consacrera à sa belle-famille.  Un garçon, au contraire, apportera aide et sécurité à ses parents. 

Il en va de même en Chine. En 1979, l’instauration de la politique de l’enfant unique, ainsi que le développement progressif des techniques d’échographie ont considérablement accentué le déséquilibre filles / garçons… Car à tout choisir, on garde le garçon ! En Chine comme en Inde on préfèrera, selon sa catégorie socioprofessionnelle, investir dans un examen prénatal et choisir d'avorter plutôt que devoir s’endetter toute une vie pour subvenir à l’éducation et au mariage d’une fille. 

Pour tenter de réduire l’écart important entre les sexes, la Chine et l’Inde ont assoupli leur politique de natalité et promulgué des lois anti-discriminations. Leur application demeure inégale entre les régions rurales et les grandes métropoles. 

Finalement en octobre 2015, la Chine a officiellement mis fin à la politique de l’enfant unique qui aura fait chuter la natalité de 80 % en 35 ans, passant de 2,76 % en 1970 à 0,74 % en 2014. Parallèlement, d’autres programmes ont pour ambition de relancer la natalité : aides aux couples parents de filles, autorisation de la naissance d’un second enfant si l’un des parents est enfant unique.

D’autres pays asiatiques font état d'un écart non négligeable entre filles et garçons. La Corée du Sud, qui pratiquait avant 1990 une politique nataliste en faveur des garçons, a instauré dès 1995 des mesures pénales visant directement les médecins pratiquant des actes d'avortement. 

Au Vietnam, la natalité a été stabilisée en 2009 : deux enfants par couple au maximum. La politique nataliste en faveur des garçons a connu les mêmes dérives qu'en Chine. 

Enfin, si le sex-ratio mondial favorise légèrement le sexe masculin, on notera le cas particulier de la Russie qui connaît une explosion contraire au cas chinois : les femmes y sont extraordinairement majoritaires ! Principal responsable : l'alcoolisme qui décime depuis des années la population masculine. La Russie connaît depuis 10 ans une émigration féminine sans précédent vers l'Europe de l'ouest. 

 

Christophe Huber et Uwe-Lothar Müller

 

 

Dans nos archives

Chine : naître et ne pas être

En avril 2014, ARTE Reportage avait suivi des "heihaizi", ces "enfants nés en trop" mis au ban de la société, privés de tous les droits… (Re)voir le reportage

 

 

Pour approfondir le sujet

 

Sur les Guang Gun 

http://www.lapresse.ca/international/dossiers/la-guerre-mondiale-aux-fillettes/201305/28/01-4655208-chine-au-pays-des-hommes-celibataires.php

http://www.courrierinternational.com/article/1998/01/22/hommes-celibataires-mariables-de-force-livres-sous-huitaine

http://www.slate.fr/monde/80707/inde-le-pays-ou-les-filles-ont-disparu

http://geoconfluences.ens-lyon.fr/informations-scientifiques/dossiers-regionaux/le-monde-indien-populations-et-espaces/articles-scientifiques/les-femmes-en-inde-une-position-sociale-fragile-dans-une-societe-en-transition

 

INED.fr

https://www.ined.fr/fr/tout-savoir-population/memos-demo/analyses/chine/

 

A lire aux éditions La Découverte

http://www.editionsladecouverte.fr/catalogue/index-Quand_les_femmes_auront_disparu-9782707156242.html

 

Analyse sur Diploweb.com

http://www.diploweb.com/Chine-vers-un-nouvel-enlevement.html

 

Le Bouddhisme au féminin « Vers le célibat forcé des prochaines générations en Asie 

http://bf.10orientoccident.free.fr/10fillesmanquantes.htm

Dernière màj le 15 juillet 2016