Birmanie : l’étrange destin des frères Htoo

ARTE Reportage - samedi, 7 novembre, 2015 - 18:35

Pays : Birmanie

Tags : Birmanie, gouvernement birman, militantisme karen

Enfants alors âgés de 12 ans, Johnny et Luther Htoo étaient invincibles. C’était la conviction des soldats du groupe Karen en lutte contre l’armée birmane.

Birmanie : l’étrange destin des frères Htoo

 

Elections législatives du 8 novembre

Le 8 novembre, la Birmanie tient ses premières élections "libres et équitables" sous un régime démocratique depuis 1960. Pour tout comprendre des enjeux, lisez Elections en Birmanie : le retour de la démocratie ?

Aujourd’hui, Johnny et Luther ont 27 ans. L’heure de gloire est désormais loin derrière eux. Leurs parcours respectifs sont symboliques du sort réservé aux minorités ethniques qui ont osé affronter le gouvernement birman. Luther vit en Suède depuis six ans. Même si la séparation avec sa famille et ses difficultés d’intégration sont devenues un fardeau, son exil lui a permis de goûter à la liberté, de faire des études, de travailler et d’ accéder à un semblant de stabilité. Johnny, lui, n’a jamais obtenu de visa pour un pays tiers. Il végète dans un camp à la frontière entre la Thaïlande et la Birmanie.

Malgré une vie aux antipodes l’une de l’autre, Johnny et Luther partagent encore un fort engagement pour la défense des droits de leur minorité.

A quelques jours des élections birmanes du dimanche 8 novembre, Luther hésite. Renouera-t-il avec une forme de militantisme karen, ou persévèrera-t-il dans ses efforts d’intégration en Suède ? 

De Steve & Am Sandford et Loretta Dalpozzo – ARTE GEIE – Baozi Productions – France 2015 

Notre entretien avec le réalisateur

Les Karen
Localisation des populations karens en Birmanie

En Birmanie, environ quatre millions de Karen forment la seconde minorité du pays après les Shans. Depuis 1948, date de l’indépendance de la Birmanie, le peuple karen revendique son autonomie territoriale et politique. La junte militaire birmane au pouvoir s’y est toujours opposée et bien qu’il soit impossible de connaître précisément le nombre de morts, les victimes se comptent par milliers. Les Karen revendiquent aujourd’hui encore leur indépendance. Actuellement, la situation semble s’apaiser : un cessez-le-feu a été signé le 15 octobre dernier entre le président Thein Sein et certains groupes rebelles karen. A l’approche des élections, les minorités du pays qui représentent, toutes ethnies confondues, plus de 30% de la population birmane, sont devenues un véritable enjeu électoral.

La minorité des Karen rassemble plusieurs "sous-groupes" inégalement répartis entre le sud-ouest du pays, le centre montagneux et surtout l’est et le sud-est, le long et de part et d’autre de la frontière avec la Thaïlande (voir notre carte ci-contre). C’est dans cette zone que l’on situe "l’Etat Karen" - Kawtoolei -, région administrative propre qui revendique davantage d’autonomie, où vit la majorité des Karen.

Sur les 127 000 réfugiés installés dans des camps en Thaïlande, le long de la frontière birmane, environ 80% sont des Karen qui ont fui les violences de l’armée birmane.

Dans nos archives
Kyaw KyawK2, un destin d'activiste birman

Après les manifestations sanglantes d'août 1988 et dix ans de guerilla dans la jungle birmane, K2 s'est tourné vers la lutte non-violente. Formé par l'organisation Canvas qui vise à exporter une méthode de renversement des dictatures à travers le monde, il est désormais un vétéran de l'activisme pacifique en Asie. Parcours. 

Lire l'article

 

burmaLe peuple birman à l’école de la démocratie

Pour la première fois en vingt-cinq ans, la Birmanie s'apprête à vivre des élections libres ce week-end. Cette fois, la Ligue nationale pour la démocratie, le parti dirigé par la chef d'opposition birmane, n'a pas boycotté le scrutin. 

Voir le reportage

 

Ranong, ville symbole de l'exode birman

Ville frontalière tout au sud de la Thaïlande, Ranong n'est séparée de la Birmanie que par la rivière Kra Buri. Ce port dévoué à l'industrie de la pêche dans la mer d'Andaman a vu vivre, travailler et mourir des centaines de milliers de migrants depuis plus de vingt ans.  

Lire l'enquête

 

L'immigration birmane en Thaïlande

Selon les dernières estimations de l'Organisation internationale des migrations, entre 3,5 et 4 millions de migrants étrangers vivent en Thaïlande. 3,25 millions sont des travailleurs et plus d'un million n'a toujours aucune existence légale. Parmi les travailleurs, 2,7 millions sont originaires de Birmanie, du Cambodge et du Laos, les trois pays frontaliers qui se dépêtrent encore dans des économies moribondes, dont 82% de Birmans. Selon les projections, cette population pourrait grimper à 5,36 millions de migrants en 2025, et compter davantage de ressortissants du Vietnam et du Bangladesh avec qui le gouvernement thaï négocie actuellement des accords. 

Lire l'article

 

Birmanie : la malédiction des Rohingyas

Leur exode a fait des centaines, voire des milliers de morts. Nul ne le sait précisément, tant le sort des Rohingyas semble laisser le monde indifférent. En trois ans, cent mille d'entre eux auraient déjà fui la Birmanie, les camps dans lesquels ils sont parqués, les violences dont ils sont victimes... à bord d'embarcations de fortune et sous la coupe de trafiquants d'êtres humains.

Voir le reportage