|
1

"Biopigs" par la compagnie Zerep

Pays : France

Tags : Théâtre, ZEREP

Le Zerep késako ? 

 

Peut-être un acronyme, presque un palindrome, en tout cas une anagramme, le Zerep, c’est avant tout une figure de style artistique, une classieuse geste théâtrale. Et ça fait 18 ans que ça dure. Fondée par Sophie Perez (d’où Zerep donc ; inversez !), la compagnie s’occupe à dynamiter le théâtre et toutes ses variations. Il y a  plus de 10 ans, elle a été rejointe par Xavier Boussiron, et presque tous les ans, ils reviennent au théâtre avec un nouveau spectacle. 

Rendez-vous :

Après Nanterre du 9 au 19 avril 2015, "Biopigs" sera présenté les 7 et 8 octobre 2015 à la Criée à Marseille, dans le cadre du festival Actoral.

Tous deux, à l’origine, viennent des arts plastiques. Après des cours de claquettes, de peinture et des études de scénographie, Sophie Perez est invitée en résidence à la Villa Médicis, puis reçoit le prix de Rome. Xavier Boussiron, originaire de Vendée, étudie à cette époque aux Beaux-Arts de Bordeaux. Porté sur la musique, il sort un disque sur le pionnier du rock'n'roll Roy Orbison. 
 

En 1998, la jeune compagnie du Zerep n'a pas encore de troupe mais fête son premier anniversaire avec un spectacle déja décalé. Tout est dans le titre : "Mais où est donc passé Esther Williams". "C'était l'adaptation d'une méthode pour apprendre à nager sans eau, qui a eu lieu dans une piscine parisienne de la rue Oberkampf, vidée pour l'occasion. Les acteurs avaient été recrutés à l'ANPE." Sophie Perez propose à Xavier Boussiron de composer la musique de ses pièces, avant d’écrire ensemble leurs spectacles. 
 

Depuis, le Zerep a élaboré et produit 12 spectacles, sans compter nombre de performances et de scénographies. Au fur et à mesure, en plus des mises en scène et conceptions à 4 mains, ils  fidélisent leur petite troupe : Sophie Lenoir, Stéphane Roger et plus tard Marlène Saldana désormais parties intégrantes de la troupe. Des acteurs géniaux et fous, lâchés sur un plateau, prêts à tout. 
 

Délirant, loufoque et souvent sombre, le Zerep dézingue follement les codes du théâtre, à force de références et de kitsch, voire carrément de mauvais goût. Comme ils le disent eux-mêmes, les spectacles du Zerep "sont des pièces de théâtre mais sont aussi autre chose que du théâtre." A chaque fois, les titres suffisent presque à raconter une histoire, et en disent long sur l’imaginaire du Zerep:

"Mais où est donc passée à Esther Williams" (1999) - "Détail sur la marche arrière" (2001) - "Leutti" (2002) - "El coup du Cric Andalou" (2004) - "Laisse les gondoles à Venise" (2005) - "Enjambe Charles" (autour d’Aznavour, 2007) - "Gombrowiczshow" (2008) - "Bartabas tabasse" (2009) - "Beaubourg-la-reine" (2009) - "Deux masques & la plume" (2010) - "Oncle Gourdin" (2011) - "Prélude à l’agonie" (2013) - "Biopigs" (2015)

 

La compagnie du Zerep termine ses répétitions au théâtre des Amandiers à Nanterre. Leur dernière création s’appelle "Biopigs", des histoires loin d’être cochonnes, et ca vaut bien une semaine avec eux:

 

Pour écrire une biographie, il faut un personnage. Avec sa gloire, et ses anecdotes. Les codes  ne changent pas pour un "Biopig", sauf qu’il faut essayer d’imaginer ce personnage, partir d’une réalité, et créer une bio sur un plateau. Dans la pièce, il y a les fantômes de Louis II de Bavière, de Peggy Guggenheim et de Sammy Davis Jr, et beaucoup d’autres qui hantent le plateau. Une autre figure aurait pu avoir sa place.  
Tentative et premiers essais, avec Marguerite Duras, du côté de Trouville. Séance de travail avec les metteurs en scène Sophie Perez et Xavier Boussiron, et le génial Stéphane Roger. 

 

Marguerite Duras ?

L’art, c’est aussi du cochon.

 

Selon Xavier Boussiron, "sur l’échelle darwinienne de l’évolution du spectacle, la vedette se situe entre le singe et le cochon". Du coup, dresser le portrait de trois célébrités (Louis II de Bavière, Sammy Davis Jr. et Peggy Guggenheim) nécessite d’aller au-delà de la surface, de dépecer la bête et d’explorer les entrailles pour trouver la petite misère, "la part misérable de l’affaire" comme disent Sophie Perez et Xavier Boussiron. Et de cette affaire, le ZEREP s’en tire plus que bien en s’attaquant de nouveau à un genre : le "biopig"  (le cabaret dans "El coup du cric andalou", la variété avec "Enjambe Charles" ou encore le Western avec "Prélude à l’agonie"… ). A la base du projet Biopigs, il y a l’envie de convoquer ces trois personnages illustres dans un "Ego Center", espèce de centre de remise en forme des vieilles gloires  censé lutter contre l’envie de come-back. Ce pseudo centre est dirigé par le Docteur Weberling, sorte de Gremlin, assisté d’une petite chinoise. 
 

Comme il s’agit de biographie, Perez et Boussiron nous entraînent dans un drôle de prélude constitué d’un torrent qui charrie des fins de spectacles, pour nous dire que le plus important c’est la fin, ce qu’on ne doit pas rater, car c’est la dernière impression qui compte.  
 

Toujours aussi délirant, les trois acteurs - Stéphane Roger, Sophie Lenoir, et Marlène Saldana et depuis peu la danseuse et comédienne Er Ge Yu - confirment qu’ils ont trouvé dans ce Zerep les moyens de leur grand jeu, et surtout de ne rien respecter. Un non-respect qui sonne aussi comme une mise en garde de la part des auteurs de "Biopigs". "Ne jamais se faire distancer par sa propre enfance (ce réservoir de bile) si on ne veut pas finir comme un adulte ordinaire."
 

Les précédents spectacles de la compagnie Zerep dans les archives d'ARTE Journal :

 

Dernière màj le 6 avril 2015