|

Après l'ouragan Irma, l'avalanche de rumeurs

Pays : France

Tags : Irma, rumeurs, ouragan

Quand des catastrophes arrivent et que tout s'écroule, les moyens de communication classiques sont généralement aussi touchés. Les autorités, débordées, ne jouent plus toujours leur rôle informatif. C'est là qu'interviennent les réseaux sociaux et leur florilèges de rumeurs, des "fakes news" comme le disent nos amis anglo-saxons. Informations transformées ou purement inventées, nous vous avons sélectionné 10 rumeurs cocasses, voire effrayantes sur les conséquences de l'ouragan Irma. 

1 - L'évasion de Saint-Martin

Le bruit a couru dans toute l'île. 250 détenus se seraient évadés de la prison de Pointe Blanche, dans la partie néerlandaise de St-Martin, après avoir pillé l'armurerie. L'information a été relayée sur place samedi par une capitaine de gendarmerie, avant d'être démentie par sa hiérarchie puis par le Premier ministre lui-même. La gendarmerie a reconnu avoir mal interprété des informations obtenues de la partie néerlandaise de l'île. Si une brèche a effectivement été constatée sur l'enceinte de la prison, aucun prisonnier ne s'en est évadé. 

 

2 - Des milliers de morts cachés

Des messages sur les réseaux sociaux évoquent plusieurs milliers de morts dans les deux îles françaises, dont plusieurs centaines qui seraient ramenés par la mer. Les autorités sont accusées de cacher le bilan et la presse de mentir. En réalité, les bilans officiels parlent d'une trentaine de morts sur l'ensemble des Caraïbes, dont dix sur les îles françaises, pour une centaine de blessés.

 

3 - Les "blancs" évacués en premier

Le capitaine d'un navire français, "L'Archipel 1", débarqué à Saint-François, en Guadeloupe, a affirmé que les autorités lui avaient demandé d'emmener d'abord une centaine de touristes américains. La préfecture a contesté les faits et assure qu'elle demandera "des explications au capitaine".  Mais cela a suffi pour lancer la rumeur affirmant que les blancs étaient évacués en premier.

 
4 - Air France profite de l'ouragan pour gonfler ses prix

Une pétition lancée en ligne et signée par 70 000 internautes affirmait que les prix d'un aller simple Pointe-à-Pitre-Paris variaient entre 1000 et 3500 euros avant le week end du 09 septembre. La compagnie explique qu'un aller simple d'une part coûte plus cher qu'un aller-retour et que d'autre part les prix augmentent automatiquement du fait d'un algorithme qui fonctionne selon la loi de l'offre et de la demande. Moins il reste de places plus elles sont chères. Air France souligne cependant avoir bloqué l'algorithme peu avant le week-end, pour fixer à 264 euros les allers simples directs entre la Guadeloupe et Paris. 

Et aussi...

 

5 - Les gendarmes ont reçu l’ordre de ne pas interpeller les pilleurs 

Sur les réseaux sociaux, certains affirment que les gendarmes ont reçu l’ordre de laisser faire les pillards. La gendarmerie dément et indique qu'une vingtaine de personnes ont été interpellées.

 

6 - Des armes volées aux gendarmes

Dans une vidéo postée sur You tube, une internaute de Saint-Martin affirme que des gendarmes de La Savane auraient été attaqués et leurs armes volées. Une information formellement démenties par la gendarmerie nationale.

 

7 - La partie néerlandaise épargnée par les pillages 

Selon le député apparenté FN Gilbert Collard, la partie hollandaise de l'île de Saint-Martin n'a pas subi de pillages, elle était mieux protégée. C'est un mensonge. Les autorités néerlandaises ont confirmé l'existence de pillages et de personnes qui se promenaient avec des armes, décrivant une situation sécuritaire fragile.

 

8 - La sous-préfète de Saint-Martin s'est enfuie de l'île

Plusieurs sites, dont le blog controversé Breizatao, se sont fait l'écho d'une fuite de la représentante de l'Etat sur l'île. Fuite largement relayée sur les réseaux. Pourtant, selon des journalistes présents sur place, si la préfecture fait bien partie des bâtiments publics anéantis, Anna Laubiès était malgré tout présente à Saint-Martin avant et pendant le passage d'Irma. 

 

9 - Des familles prises en otage

Plusieurs témoignages publiés sur les réseaux sociaux font état de familles prises en otage par des hommes armés. Une rumeur "totalement infondée", selon une source judiciaire sur place, soulignant qu’aucun événement de cette gravité a été rapporté à ce jour et précisant que 80 % des informations qu'ils reçoivent sont des fakes.

 

10 - Des requins dans les rues

Des photomontages circulent sur le net. On y voit des requins nager dans les rues submergées. Une situation impossible quand on sait que les poissons plongent le plus profond possible dès l'arrivée d'une grosse tempête. 

Dernière màj le 12 septembre 2017